NOUVELLES
04/01/2016 03:10 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Tensions entre Téhéran et Ryad: la France appelle à la "désescalade" (gouvernement)

La France a appelé lundi à la "désescalade" dans les tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran, déclenchées par l'exécution d'un dignitaire chiite critique du pouvoir saoudien, a déclaré le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

"L'atout de la France (...), c'est de pouvoir parler à tout le monde et, le ministre des Affaires étrangères (Laurent Fabius) l'a rappelé, de souhaiter la désescalade", a indiqué M. Le Foll, après que Ryad a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran dans une nouvelle escalade entre les deux puissances régionales.

Paris souhaite que "l'on trouve des solutions politiques aux problèmes qui sont posés" alors que la situation dans la région est "extrêmement difficile, voire dégradée".

"La France a comme rôle important d'être, dans cette région, un interlocuteur avec toutes les parties", a insisté Stéphane Le Foll à l'issue du Conseil des ministres, rappelant que le président iranien Hassan Rohani serait reçu prochainement à Paris.

La nouvelle crise entre le royaume saoudien sunnite et l'Iran chiite a éclaté samedi avec l'exécution du cheikh Nimr Baqer al-Nimr avec 46 autres personnes condamnées pour "terrorisme", la plupart pour des attentats attribués au réseau extrémiste sunnite Al-Qaïda.

La France, proche alliée de Ryad, avait indiqué dimanche "déplorer profondément" les exécutions, en rappelant via un communiqué du ministère des Affaires étrangères "son opposition constante à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances".

ha/frd/blb/pt