NOUVELLES
04/01/2016 09:40 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Le président du FC Porto accusé de recourir à des gardes du corps illégaux

Le président du FC Porto a été mis en accusation pour avoir recouru à des gardes du corps sans habilitation, qui travaillaient pour une société de sécurité privée accusée de pratiques mafieuses, a annoncé lundi le ministère public.

Jorge Pinto da Costa et Antero Henrique, un autre dirigeant du club vice-champion du Portugal, "ont été accusés de pratiques illicites liées à des activités de sécurité privée", a indiqué le Parquet général dans un communiqué.

Les responsables du FC Porto se voient ainsi impliqués dans une enquête portant sur les activités de la société SPDE, qui aurait notamment "usé de la force et de l'intimidation pour s'assurer le contrôle de l'activité de sécurité des lieux de vie nocturne" dans plusieurs villes du Portugal, a précisé le parquet.

La justice portugaise a accusé au total 57 personnes ou sociétés de divers crimes: association criminelle, extorsion, coups et blessures ou encore trafic d'armes interdites.

Treize personnes, dont le propriétaire de la société SPDE, Eduardo Silva, sont actuellement en détention provisoire.

tsc/ode/jcp