NOUVELLES
04/01/2016 18:59 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Le pétrole rebondit légèrement en Asie en raison des tensions géopolitiques

Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse mardi matin en raison de la crise entre Ryad et Téhéran, mais ce rebond devrait être modéré en raison de l'excès d'offre mondiale et des carences de l'économie chinoise.

La brouille entre l'Arabie saoudite et l'Iran au sujet de l'exécution d'un dignitaire chiite est devenue une crise diplomatique majeure, Ryad et ses alliés sunnites ayant rompu ou réduit leurs relations avec Téhéran.

Les Etats-Unis, alliés des Saoudiens mais qui se sont aussi rapprochés des Iraniens depuis l'accord sur le nucléaire conclu en juillet, ont demandé "des mesures positives pour calmer les tensions". Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est entretenu avec ses homologues iranien et saoudien.

L'Arabie saoudite est le premier producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont l'Iran est également un important membre. Certains investisseurs s'inquiètent de ce que les tensions bilatérales perturbent l'offre de brut.

Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février progressait mardi matin de 25 cents à 37,01 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne du brut, également pour livraison en février, gagnait 24 cents à 37,46 dollars.

Mais, selon les analystes, l'effet de ces tensions géopolitiques est amorti par le contexte global d'une offre surabondante qui a fait dégringoler les prix depuis juin 2014, époque où l'or noir se vendait à 100 dollars le baril.

"Les importantes réserves mondiales et le niveau élevé de la production signifient que les risques géopolitiques au Proche-Orient n'ont plus un impact aussi important qu'avant" sur les cours, explique dans un commentaire de marché le cabinet Capital Economics.

D'autres analystes observent que les inquiétudes quant à la santé de l'économie chinoise, après des indicateurs moroses, contribuent également à freiner la hausse des prix du brut car elles alimentent les craintes d'une faible demande en pétrole de la seconde économie de la planète.

Lundi, le pétrole, qui était dans la matinée en hausse en Asie, a fini la journée à New York en baisse, l'inquiétude suscitée par le regain de tensions entre l'Arabie Saoudite et l'Iran ne suffisant pas à compenser la déprime provoquée par les excédents mondiaux de production.

mba/dan/jac/tll