NOUVELLES
04/01/2016 14:58 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Le médiateur de l'ONU en Syrie se rend à Ryad puis à Téhéran

Le médiateur de l'ONU en Syrie Staffan de Mistura est en route pour Ryad puis se rendra à Téhéran, a annoncé lundi l'ONU, en plein regain de tension dans les relations entre ces deux protagonistes majeurs du conflit syrien.

M. de Mistura "est en route pour Ryad", a précisé le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric. Il doit se rendre ensuite à Téhéran "dans le courant de la semaine".

M. de Mistura "estime que la crise dans les relations entre l'Arabie saoudite et l'Iran est très préoccupante" et qu'elle risque de provoquer "une série de conséquences néfastes dans la région".

L'émissaire onusien va "évaluer l'impact" de cette crise sur le processus de règlement du conflit syrien entamé par les grandes puissances à la fin de l'an dernier à Vienne, a précisé M. Dujarric.

L'Iran est avec la Russie le plus fidèle allié du régime de Bachar al-Assad tandis que l'Arabie saoudite soutient l'opposition armée syrienne et réclame le départ du pouvoir du président syrien.

A la suite de deux conférences internationales à Vienne en octobre et novembre, auxquelles ont participé Ryad et Téhéran, l'ONU espère pouvoir réunir à partir du 25 janvier à Genève des représentants du gouvernement et de l'opposition pour des pourparlers de paix.

Selon M. Dujarric, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé lundi le ministre des Affaires étrangères saoudien Adel al-Jubeir pour lui faire part de sa "profonde préoccupation" devant la rupture des relations avec l'Iran.

L'Arabie saoudite et ses alliés ont rompu ou réduit leurs relations diplomatiques avec l'Iran après une crise déclenchée par l'exécution par Ryad d'un dignitaire chiite opposant au régime saoudien, Nimr el-Nimr.

M. Ban a aussi "demandé instamment à l'Arabie saoudite de renouveler son engagement à un cessez-le-feu" au Yémen. Ryad avait annoncé samedi la fin de cette trêve.

- 'Des procès équitables' -

L'émissaire de l'ONU pour le Yémen Ismaïl Ould Cheikh Ahmed doit visiter Ryad mercredi pour tenter de faire cesser de nouveau les hostilités.

La guerre civile au Yémen oppose des rebelles chiites soutenus par l'Iran au gouvernement yéménite, appuyé par une coalition militaire menée par Ryad.

M. Ban avait aussi appelé dimanche le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

M. Ban a demandé aux deux ministres "d'éviter toute action qui pourrait exacerber les tensions entre les deux pays et dans la région", a indiqué M. Dujarric. "Il a souligné l'importance pour les deux pays de poursuivre un dialogue constructif, dans l'intérêt de la région et au-delà", a-t-il ajouté.

Dans une lettre adressée lundi au Conseil de sécurité, la mission iranienne à l'ONU a exprimé les "regrets" de Téhéran après le saccage des missions diplomatiques saoudiennes à Téhéran et Machhad (nord-est) par des manifestants.

L'Iran "n'épargnera aucun effort pour arrêter et poursuivre en justice" les responsables de ces incidents, que le président iranien Hassan Rohani avait qualifiés dimanche d'"injustifiables".

Téhéran "va prendre les mesures nécessaires pour que de tels incidents ne se reproduisent pas", ajoute la lettre.

De son côté, la mission saoudienne à l'ONU a répliqué aux critiques de M. Ban sur les procès ayant mené aux exécutions qui ont déclenché la crise avec l'Iran.

Dans une déclaration, la mission a "réaffirmé que toutes les personnes condamnées ont eu droit à des procès équitables et justes". Les verdicts n'ont pas tenu compte de leur appartenance "intellectuelle, raciale ou confessionnelle" mais seulement de "leurs actions criminelles et illégales", ajoute le texte.

Dans une première réaction dimanche, M. Ban s'était dit "consterné" par les 47 exécutions et avait mis en doute le caractère équitable des procès.

Selon des diplomates, les 15 pays membres du Conseil discutaient lundi soir de la possibilité de publier une déclaration sur la crise irano-saoudienne.

avz/bdx