NOUVELLES
04/01/2016 10:00 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Le gouvernement américain poursuit Volkswagen en lien avec son logiciel truqué

WASHINGTON — Le gouvernement américain a intenté une action en justice, lundi, contre Volkswagen en lien avec son logiciel tronquant les résultats d'émissions polluantes qui avait été installé sur près de 600 000 véhicules vendus aux États-Unis.

La plainte civile contre le constructeur automobile allemand, déposée au nom de l'Agence américaine de protection environnementale (EPA) devant un cour de district à Detroit, allègue que l'entreprise a illégalement équipé ses véhicules à moteur diesel de ce logiciel capable de détecter la tenue de tests en laboratoire et de faire en sorte que les véhicules respectent les normes fédérales d'émissions lors de ces examens.

Ces fonctions s'éteignaient ensuite lors de la conduite normale pour accroître la performance des voitures, qui ont par conséquent rejeté dans l'air des émissions de gaz à effet de serre jusqu'à 40 fois plus élevées que la limite fixée par le gouvernement fédéral.

Les fabricants qui ne certifient pas adéquatement leurs automobiles et qui contournent le système de contrôle d'émissions trahissent la confiance du public, mettent en péril la santé publique et désavantagent les concurrents, a tranché John C. Cruden, adjoint au procureur général, de la section de l'environnement et des ressources naturelles pour le département américain de la Justice.

M. Cruden a averti que les États-Unis utiliseraient tous les recours appropriés pour sévir contre la violation des lois sur la qualité de l'air énoncées dans la poursuite.

Le siège social américain de Volkswagen n'a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de l'agence Associated Press.

L'entreprise avait admis au mois de septembre que le logiciel truqué avait été installé sur toutes les automobiles à moteur diesel et les véhicules utilitaires sport depuis 2009. Elle négocie actuellement avec les autorités américaines pour effectuer un rappel massif obligatoire et elle pourrait écoper plus de 18 milliards $ US d'amendes pour avoir enfreint la loi fédérale sur la qualité de l'air.

Volkswagen fait face également à des accusations criminelles alors que plusieurs demandes d'actions collectives de propriétaires sont en traitement.

«Avec le dépôt d'aujourd'hui, nous prenons une mesure importante pour protéger la santé publique en demandant à Volkswagen de rendre des comptes pour toute pollution atmosphérique illégale, préparant le terrain à une résolution», a déclaré Cynthia Giles, de l'EPA.

Mme Giles a ajouté que les discussions sur les rappels n'avaient pas permis d'arriver à une entente «acceptable». «Ces discussions continueront en parallèle avec l'action en justice du gouvernement fédéral», a-t-elle conclu.