NOUVELLES
04/01/2016 09:12 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Le comédien français Michel Galabru est décédé à l'âge de 93 ans

PARIS — L'acteur Michel Galabru est décédé lundi à l'âge de 93 ans «dans son sommeil», à Paris, selon sa famille.

Véritable «person­nage» du Français bougon, niais ou provincial au cinéma, il avait notamment incarné l'adju­dant Gerber dans la série «Le Gendarme de Saint-Tropez» et le très coincé député catholique Charrier dans la trilogie «La Cage aux folles».

Né à Safi, au Maroc, en 1922, Michel Galabru, monté à Paris, avait ensuite étudié au Conservatoire d'art dramatique puis était entré à la Comédie française au début des années 1950.

Multipliant pendant quelques années les petits rôles au théâtre et au cinéma, comme tout acteur nouveau, il obtient son premier grand succès dans «La Guerre des boutons», d'Yves Robert, en 1962. Suivent alors des années de travail sans grande relâche — parfois cinq films par année, en plus du théâtre et de la télévision.

C'est aussi dans les années 1960 que naît la série des Gendarmes de Saint-Tropez, avec Louis de Funès, grands succès du cinéma français burlesque. Il retrouve aussi De Funès en 1968 dans «Le Petit Baigneur», puis plus tard en 1979 dans «L'Avare».

En 1976, Bertrand Tavernier voit en lui son talent d'acteur dramatique et lui donne le premier rôle dans «Le Juge et l'Assassin», devant Philippe Noiret, qui vaudra à Galabru son seul César en carrière.

Puis, en 1978, c'est à nouveau le grand succès alors que naît la trilogie des «Cages aux folles». En 1981, il jouera encore du Molière au cinéma dans «Les Fourberies de Scapin». La même année, il sera du «Choix des armes», avec Montand, Depardieu et Deneuve. Suivront des grands rôles au cinéma, notamment dans «Papy fait de la résistance» et «L'Été meurtrier» (1983), «Subway» (1985), «Soigne ta droite» (1987), «Uranus» (1990), «Les Acteurs» (2000), «Bienvenue chez les Ch'tis» (2008) ou «Le Petit Nicolas» (2010).

Il aura aussi été le premier Abraracourcix de toute l'histoire du cinéma, dans «Astérix et Obélix contre César», de Claude Zidi, en 1999.

Michel Galabru a par ailleurs énormément travaillé à la télévision mais aussi au théâtre, où il a joué les grands classiques aussi bien que les boulevards franco-français. En 2012 encore, à 90 ans, il avait joué 200 fois la pièce «La Femme du boulanger», de Pagnol, tirée de son film lui-même adapté de Giono. Il a remporté un seul Molière au théâtre, en 2008 — à 85 ans — pour son rôle dans «Les Chaussettes – opus 124».

Son dernier film aura été «Ouvert la nuit», du comédien Édouard Baer. Le film n'est pas encore sorti en France et il sera vu comme le dernier tour de piste du grand acteur.