NOUVELLES
04/01/2016 01:33 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

La Mauritanie dénonce le "vandalisme" antisaoudien en Iran (officiel)

La Mauritanie a dénoncé lundi "les actes de vandalisme" contre des représentations diplomatiques saoudiennes en Iran, après l'exécution par Ryad d'un dignitaire chiite saoudien pour "terrorisme", dans un communiqué du ministère mauritanien des Affaires étrangères.

"La République islamique de Mauritanie dénonce les actes de vandalisme qui ont visé les chancelleries de l'Arabie saoudite en Iran et les divers dégâts qui en ont résulté", indique ce communiqué.

Nouakchott "rappelle que le respect de la souveraineté nationale et la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays demeurent des principes essentiels dans le droit international et dans les traditions diplomatiques établies".

La Mauritanie, qui entretient de bonnes relations avec l'Arabie saoudite et l'Iran, fait partie de la coalition arabo-islamique annoncée récemment par Ryad pour lutter contre le "terrorisme".

Elle s'apprête également à signer dans les prochaines jours un "important" accord de coopération militaire avec l'Arabie saoudite, selon une source diplomatique mauritanienne.

La mise à mort samedi en Arabie saoudite du chef chiite Nimr Baqer al-Nimr, critique virulent du pouvoir à Ryad, a suscité de violentes critiques de l'Iran et des manifestations lors desquelles l'ambassade saoudienne à Téhéran a été en partie détruite et le consulat saoudien attaqué dans la ville de Machhad.

Le cheikh Nimr a été exécuté avec 46 autres personnes condamnées pour "terrorisme", dont la majorité pour des attentats attribués au réseau sunnite Al-Qaïda.

Le cheikh Nimr était vénéré parmi la minorité chiite d'Arabie saoudite et au-delà des frontières du royaume.

hos/mrb/sba