NOUVELLES
04/01/2016 01:56 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

La Jordanie libère le numéro deux des Frères musulmans (avocat)

Le numéro deux des Frères musulmans en Jordanie a été libéré dans la nuit de dimanche à lundi après avoir purgé un an et demi de prison pour avoir critiqué les Emirats arabes unis, a annoncé son avocat à l'AFP.

Zaki Bani Irsheid a été libéré "dans la nuit de dimanche à lundi vers 1H30 (23H30 GMT) après avoir purgé la totalité de sa peine d'un an et demi", a déclaré l'avocat Abdelkader al-Khatib.

M. Bani Irshid a été libéré à une heure tardive probablement pour empêcher que ses partisans ne fêtent sa libération, a expliqué l'avocat.

Zaki Bani Irsheid, 58 ans, avait été reconnu coupable par un tribunal militaire d'Amman d'agissements "susceptibles de porter atteinte aux relations entre le royaume et un pays étranger", les Emirats arabes unis.

Le leader islamiste avait été arrêté le 20 novembre 2014 pour avoir qualifié sur sa page Facebook le gouvernement émirati de "premier parrain du terrorisme", l'accusant de jouer "le rôle de policier américain dans la région (...) servant le projet sioniste".

Il réagissait à la décision d'Abou Dhabi, imitant celle de l'Arabie saoudite, de classer comme "organisations terroristes" 83 groupes islamistes internationaux, dont Al-Qaïda, l'organisation Etat islamique (EI) et les Frères musulmans.

Les Emirats et la Jordanie, proches alliés, participent à la coalition antijihadistes dirigée par les Etats-Unis, en menant des frappes aériennes contre l'EI.

La confrérie des Frères Musulmans, fondée en Egypte en 1928, est le mouvement le plus ancien et le plus représentatif de l'islamisme sunnite. Elle a de nombreuses branches en Europe et dans les pays arabes. Plusieurs régimes au Moyen-Orient la considèrent comme une menace.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a critiqué récemment des atteintes à la liberté d'expression en Jordanie, notamment après la condamnation à une peine prison d'un prédicateur islamiste qui avait critiqué le régime jordanien sur sa page Facebook.

msh/ila/iw