NOUVELLES
04/01/2016 01:46 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Israël détruit les maisons de deux Palestiniens auteurs d'attaques

Israël a détruit lundi les habitations de deux Palestiniens de Jérusalem-Est occupée accusés d'avoir tué quatre Israéliens le 13 octobre, dans des attaques parmi les plus meurtrières de la récente vague de violences, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les forces de sécurité israéliennes ont rempli de béton le logement d'Alaa Abou Jamal et détruit au marteau piqueur celui de Bahaa Aliane dans le quartier de Jabal Moukaber, à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville sainte qu'Israël occupe depuis 1967 et a annexée unilatéralement.

Le 13 octobre, Bahaa Aliane, âgé d'une vingtaine d'années, et un autre Palestinien du même âge, avaient semé la terreur en poignardant et en tirant sur les passagers d'un bus circulant dans une colonie juive de Jérusalem-Est, implantée à côté de leur quartier de Jabal Moukaber. L'attaque avait tué trois juifs et fait plusieurs blessés. Bahaa Aliane avait été abattu, son complice arrêté.

Les colonies dans les territoires occupés sont considérés comme illégales au regard du droit international.

Presque simultanément, Alaa Abou Jamal, 33 ans, avait foncé avec sa voiture sur des piétons à un arrêt de bus dans un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem-Ouest puis en était sorti pour attaquer ses victimes au couteau. Un rabbin était mort dans l'attaque. Alaa Abou Jamal avait été abattu.

Face à la vague de violences qui a éclaté début octobre entre Israéliens et Palestiniens, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a décidé d'accélérer les démolitions des maisons d'auteurs d'attentat.

Cette mesure controversée est critiqués par des défenseurs des droits de l'Homme qui la dénoncent comme relevant du châtiment collectif affectant les familles.

M. Netanyahu justifie cette pratique en invoquant l'effet dissuasif qu'elle aurait sur ceux qui seraient tentés de commettre un attentat.

La destruction du logement de Bahaa Aliane, à l'étage intermédiaire d'un bâtiment à trois niveaux, laisse à la rue huit membres de la famille, a affirmé à l'AFP son père Mohammed.

Les forces israéliennes, arrivées en force aux premières heures du matin, "ont simplement dit: +Nous allons détruire la maison, sortez+", a rapporté le père. "Je n'ai nulle part où aller. On punit un père, une mère, un frère, une soeur et des enfants", a-t-il ajouté.

Israël a détruit à titre punitif à Jérusalem et en Cisjordanie occupée 19 maisons de Palestiniens en 2015, a rapporté récemment le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA). Selon l'ONU, ces destructions sont illégales au regard du droit international.

jod-ag-lal/iw