NOUVELLES
04/01/2016 08:34 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Israël critique le mandat "biaisé" du rapporteur spécial de l'ONU sur les territoires palestiniens

Israël a justifié lundi son refus de laisser le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'Homme dans les territoires palestiniens occupés y pénétrer par "son mandat d'emblée biaisé" en faveur des Palestiniens.

Ce rapporteur spécial de l'ONU, Makarim Wibisono (Indonésie), a présenté lundi sa démission car Israël ne l'avait jamais autorisé à pénétrer dans ces territoires, a annoncé l'organisation internationale.

"Du point de vue israélien les dés étaient pipés dès le premier jour. Etant donné son mandat anti-israélien dès le départ, il ne pouvait pas avoir une vision impartiale", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon.

"Le mandat du rapporteur était rédigé de telle façon qu'il ne pouvait pas faire son travail de façon objective et équitable, avec toute l'attention dirigée sur le narratif palestinien et ignorant les atteintes à l'encontre des civils israéliens", a-t-il ajouté.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a aussi mis en cause dans un communiqué "la conduite du Haut Commissariat des Nations unies pour les droits de l'Homme et le contenu de ses résolutions".

"Les Palestiniens et leurs partisans au sein du Conseil bénéficient d'une majorité automatique conduisant à un fonctionnement unilatéral et discriminatoire du Conseil et de ses mécanismes", poursuit le texte, précisant que "tant que cette situation persistera, l'attitude d'Israël la reflètera".

Makarim Wibisono quittera ses fonctions le 31 mars, à la fin de la prochaine session du Conseil des droits de l'Homme (du 29 février au 24 mars) devant lequel l'expert présentera son dernier rapport.

Il avait pris ses fonctions en juin 2014, succédant à l'américain Richard Falk qui n'avait pas non plus été autorisé par Israël à se rendre dans les territoires palestiniens.

dms/mer/