NOUVELLES
04/01/2016 00:13 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Ferrari fait son entrée à la bourse de Milan, deux mois et demi après Wall Street

Deux mois et demi après son arrivée à Wall Street, le constructeur italien de voitures de luxe Ferrari a fait son entrée lundi à la Bourse de Milan, parée de rouge pour célébrer l'événement.

L'action a débuté cette première séance à 43 euros, avant de se replier légèrement dans un marché en baisse de près de 1,2%.

Toutes les figures du groupe, fondé en 1947 à Maranello (nord) par Enzo Ferrari, étaient présentes pour assister à cette introduction, rendue possible par la toute récente scission entre Ferrari et sa maison-mère, Fiat Chrysler Automobiles (FCA).

Y assistaient notamment Sergio Marchionne, président de Ferrari et directeur général de FCA, John Elkann, président de FCA, Piero Lardi Ferrari, seul fils encore en vie du fondateur de la marque, de même que le président du conseil italien Matteo Renzi, qui avait obtenu des dirigeants de Ferrari que le groupe soit aussi coté en Italie.

Ce dernier a souhaité "bonne chance" à Ferrari, un groupe qui montre que "la mondialisation est notre meilleure chance". Les Italiens "ne doivent pas avoir peur du monde", a-t-il souligné avant de se voir remettre une Ferrari, en modèle réduit, par M. Marchionne.

Pour l'occasion, la Piazza Affari s'est drapée de rouge, couleur fétiche de la marque au cheval cabré.

Devant la Bourse de Milan, comme devant celle de New York le 21 octobre, étaient exposées huit voitures, dont la série spéciale LaFerrari et la dernière née du groupe, la F12 Tdf, de couleur jaune.

A intervalles réguliers, le bruit d'un moteur rugissant de Ferrari se faisait entendre devant la façade historique du bâtiment de la bourse.

La séparation de Ferrari de sa maison-mère a été votée le 3 décembre à la quasi-unanimité des actionnaires de FCA, qui détenait jusqu'à récemment 90% de Ferrari.

cco/ob/ljm/ros