NOUVELLES
04/01/2016 07:19 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Face-à-face tendu entre insurgés et forces afghanes près du consulat indien de Mazar-i-Sharif

Les forces afghanes tentaient de neutraliser lundi des insurgés retranchés dans un bâtiment proche du consulat indien de Mazar-i-Sharif (nord), 24 heures après que ces derniers ont tenté de prendre le bâtiment d'assaut, en vain.

En Inde, au même moment, l'armée bataillait pour déloger des assaillants, soupçonnés d'être pakistanais, d'une base militaire du nord du pays.

Ces attaques interviennent une dizaine de jours après une visite en Afghanistan puis au Pakistan du Premier ministre indien Narendra Modi, et pourraient viser à mettre à mal les efforts de rapprochement de New Delhi avec Islamabad.

La situation sécuritaire en Afghanistan, déjà gravement mise à mal par une série d'attentats des rebelles talibans, était encore un peu plus fragilisée par deux attentats à la voiture piégée survenus lundi près de l'aéroport de Kaboul. Dans une première attaque, lundi matin, "seul le kamikaze a été tué", selon Sediq Sediqqi, porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur.

Les talibans n'ont pas revendiqué cet attentat. Ils ont en revanche endossé la responsabilité d'un second attentat à la voiture piégée qui a visé cette fois un complexe où sont basés des sous-traitants étrangers. Au moins un civil a été tué et 13 autres blessés, selon M. Seddiqi.

Plus au nord, à Mazar-i-Sharif, police et armée afghanes échangeaient des coups de feu avec des hommes armés retranchés dans une maison adjacente au consulat indien, pays qui soutient fermement le régime de Kaboul.

"L'opération de nettoyage a débuté, le gouverneur (de la province de Balkh, ndlr) Atta Mohammed Noor est sur place pour la superviser", a indiqué Mounir Farhad, porte-parole de M. Noor.

Le consulat "est dans une zone résidentielle. Nous sommes donc très prudents, nous voulons éviter que des civils soient blessés", a-t-il encore expliqué.

Les experts ont souvent souligné le risque d'une guerre par procuration en Afghanistan entre l'Inde et le Pakistan, parrain historique des talibans.

Les deux rivaux nucléaires ont annoncé la reprise de pourparlers, et leurs Premiers ministres se sont rencontrés informellement le jour de Noël, le premier déplacement en plus de 10 ans d'un chef de gouvernement indien au Pakistan.

- "Tirs sporadiques" -

Mais ces efforts de rapprochement sont en péril après l'attaque spectaculaire d'une base aérienne dans le nord de l'Inde, lancée samedi, dont les auteurs sont soupçonnés d'appartenir au groupe islamiste Jaish-e-Mohammed basé au Pakistan.

Les soldats indiens, épaulés par des hélicoptères, inspectaient lundi la base de Pathankot située dans l'Etat du Penjab, afin de la "nettoyer" de tout insurgé, selon un porte-parole. "Il y a des tirs sporadiques".

Au total, sept militaires et quatre assaillants sont morts dans cette attaque, rare, lancée samedi vers 03h30 (22H00 GMT vendredi). "Un cinquième terroriste" a été tué, a annoncé lundi un autre haut responsable des services de sécurité, sans préciser la date de sa mort.

"Le ratissage et les opérations de recherches se poursuivent", a-t-il dit.

La base se trouve à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec le Pakistan et tout près de la région du Cachemire, que les deux pays se disputent depuis des décennies.

L'armée indienne avait dans un premier temps annoncé samedi avoir repris le contrôle de sa base, mais dimanche les militaires ont essuyé des tirs pendant des opérations de déminage.

Les Etats-Unis ont dénoncé une attaque "abominable", appelant les "pays de la région à travailler ensemble (...) pour démanteler les réseaux terroristes".

Depuis leur indépendance du Royaume-Uni en 1947, l'Inde et le Pakistan se sont livré deux guerres pour le Cachemire, dont chaque pays occupe une partie et dont les deux revendiquent le contrôle total.

L'Inde accuse régulièrement l'armée pakistanaise d'effectuer des tirs de couverture pour les rebelles qui infiltrent la frontière et organisent ensuite des attaques dans le Cachemire indien.

Le Pakistan a condamné samedi l'attaque de la base aérienne, la qualifiant d'"acte terroriste".

Le Jaish-e-Mohammed, interdit au Pakistan, combat l'Etat indien dans la région himalayenne du Cachemire, où un conflit séparatiste a fait quelque 100.000 morts.

L'Inde avait accusé le groupe islamiste d'avoir attaqué en décembre 2001 le parlement indien, faisant 11 morts et déclenchant une escalade militaire à la frontière indo-pakistanaise au point d'entraîner les deux pays au bord de la guerre.

burs-gde/cr