NOUVELLES
04/01/2016 06:17 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Cameron critique les exécutions en Arabie Saoudite, "extrêmement préoccupé" par les tensions

Le Premier ministre britannique David Cameron a critiqué lundi les 47 exécutions survenues samedi en Arabie saoudite dont celle d'un dignitaire chiite et jugé "extrêmement préoccupante" la crise entre Ryad et Téhéran.

"Soyons clairs, nous condamnons la peine de mort en toutes circonstances et cela inclut l'Arabie saoudite. Nous intervenons toujours sur la peine de mort et le ministère des affaires étrangères l'a très clairement fait à cette occasion", a déclaré M. Cameron lors d'un déplacement dans l'est de Londres.

Il a également jugé "extrêmement préoccupantes" les tensions dans la région provoquées l'exécution samedi du cheikh Nimr Baqer al-Nimr, 56 ans, critique virulent du régime saoudien, avec 46 autres personnes condamnées pour "terrorisme".

Ces exécutions ont entraîné une guerre de mots entre Téhéran et Ryad, ainsi que des manifestations de colère parmi la communauté chiite dans plusieurs pays, dont l'Iran où les représentations saoudiennes ont été attaquées.

Ryad et ses alliés ont alors rompu les relations diplomatiques avec l'Iran.

"Nous souhaitons la stabilité au Proche-Orient et de bonnes relations entre les différents pays, parce que c'est essentiel pour régler la crise en Syrie, source de tant de problèmes", a souligné David Cameron.

Les relations entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite se sont récemment tendues lorsque Londres s'est retiré début octobre d'un appel d'offres visant à moderniser le système pénitentiaire en Arabie, sur fonds de critiques sur la situation des droits de l'Homme dans ce pays.

L'Arabie saoudite est le plus important partenaire commercial du Royaume-Uni au Proche-Orient et était son premier marché d'exportation pour l'armement en 2014.

fb/oaa/cls