NOUVELLES
04/01/2016 10:56 EST | Actualisé 04/01/2017 00:12 EST

Barberio bouscule la hiérarchie

Mark Barberio a été rappelé par le Canadien il y a huit jours seulement, mais déjà, Michel Therrien voit en lui un membre régulier de son unité défensive.

Un texte d'Olivier Arbour-Masse

À l'entraînement lundi, le Québécois complétait la troisième paire de défenseurs avec Alexei Emelin.

« Je n'ai pas de raison de le déloger, a reconnu l'entraîneur Michel Therrien. Il patine bien, il fait une bonne première passe. Il est très responsable avec et sans la rondelle. Il va très bien, on est très satisfait de son jeu. »

Barberio a disputé trois matchs avec le Canadien et le dernier, face aux Bruins le 1er janvier, est sans conteste celui dans lequel il est apparu le plus en confiance.

Il a terminé la rencontre avec une passe et une fiche de +3 en plus de diriger 2 tirs au but en 15 min 14 s de jeu. À ses deux matchs précédents, il avait été limité à moins de 13 minutes et moins de 11 minutes de jeu.

« C'est juste une game, ça ne fait pas une carrière, a tenu à rappeler le défenseur originaire de Kirkland, dans l'ouest de Montréal. Ma mentalité ne change pas, j'essaie juste de continuer à mériter une place dans l'équipe. »

Le secret : « garder les choses simples, ne pas se compliquer la vie ».

Devant Pateryn et Tinordi

Sa récente promotion le place désormais devant Greg Pateryn et Jarred Tinordi dans une hiérarchie défensive en changement constant et qui se compliquera davantage quand Tom Gilbert sera guéri.

Pourtant, au terme du camp d'entraînement, c'est Barberio qui a pris la direction de St. John pendant que Pateryn et Tinordi demeuraient à Montréal.

« C'est sûr que je voulais rester ici au début de l'année, mais je suis descendu avec une bonne attitude. Je voulais être un bon leader pour les jeunes et aider l'équipe à gagner. »

Avec les IceCaps, Barberio a enregistré 20 points, dont 18 passes, en 26 matchs.

La cuisine de maman

Quand il a été rappelé par le Canadien, l'équipe venait de subir 6 défaites de suite et 10 défaites en 11 matchs.

« Les gars avaient quand même un bon esprit. Ils sont proches, ça se remarque tout de suite quand tu rentres dans le vestiaire. »

N'empêche, la victoire face aux Bruins a aidé au moral des troupes.

« C'était un match avec beaucoup d'émotions. Tout le monde regardait, c'était la Classique hivernale. C'était vraiment spécial. »

Spécial, surtout que le Canadien est ensuite rentré à Montréal, pour une précieuse escale de trois jours avant le dernier match d'une séquence de huit à l'étranger, mardi à Philadelphie.

Barberio a profité de ce saut à Montréal pour aller manger en famille et se régaler des bons plats de sa mère, question de bien conclure le temps des Fêtes. « Pourquoi s'en priver? », lance l'arrière de 25 ans.

La cuisine de maman, un incitatif de plus pour se faire une place durable dans la défense montréalaise!