NOUVELLES
28/12/2015 08:34 EST | Actualisé 28/12/2016 05:12 EST

Syrie: 14 morts dans des attentats à Homs

ASSOCIATED PRESS
In this photo released by the Syrian official news agency SANA, Syrian citizens and firefighters gather at the scene where twin bombs attack a street, at the government-held neighborhood of Zahraa, in Homs province, central Syria, Monday, Dec. 28, 2015. Homs governor Talal Barrazi said earlier Monday that a car bomb exploded and minutes later a suicide bomber wearing an explosive belt detonated his device among people gathered to inspect the damage. The blasts came as hundreds of fighters and their families were being evacuated from three areas in Syria to Lebanon and Turkey.(SANA via AP)

Au moins 14 personnes ont été tuées lundi et 132 blessées dans des attentats qui ont frappé un quartier pro régime de Homs, dans le centre de la Syrie, selon un nouveau bilan rapporté par la télévision officielle.

Un premier bilan donné par le gouverneur de la province faisait état de cinq morts et 17 blessés, dans l'explosion d'une voiture piégée suivie par un attentat suicide dans le quartier de Zahra, où vivent des alaouites, la communauté du président syrien Bachar al-Assad.

La télévision officielle syrienne évoque de son côté deux attentats à la voiture piégée et une attaque kamikaze.

La communauté alaouite représentait un quart de la population de la troisième ville de Syrie avant le début de la guerre en 2011.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme, une ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources sur le terrain, a confirmé les attentats, estimant que le bilan pourrait grimper à 32 morts.

Le quartier de Zahra avait déjà connu le 12 décembre un attentat à la voiture piégée revendiqué par le groupe djihadiste sunnite État islamique (EI) et qui avait fait 16 morts.

Début décembre, des centaines de rebelles avaient quitté Waer, dernier quartier qu'ils contrôlaient à Homs, en vertu d'un rare accord de cessez-le-feu supervisé par l'ONU, ouvrant ainsi la voie à une reprise totale de cette grande ville par le régime de Bachar al-Assad.

Une grande partie de la province de Homs reste toujours sous le contrôle des insurgés, notamment ceux du Front Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) dans le nord et du groupe État islamique (EI) dans l'est, dont la célèbre ville antique de Palmyre.

Depuis 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 250 000 morts et poussé à l'exode des millions de personnes.