NOUVELLES
28/12/2015 05:40 EST | Actualisé 28/12/2016 00:12 EST

Les réseaux sociaux en ébullition après la mort d'un Palestinien à la frontière égyptienne

Les réseaux sociaux palestiniens étaient lundi en ébullition après la mort d'un Gazaoui apparemment handicapé mental, abattu de plusieurs balles par l'armée égyptienne alors qu'il avait traversé la frontière maritime du sud de l'enclave sous blocus.

Sous le hashtag "Pourquoi l'ont-ils tué?" sur Twitter ou sur Facebook, les internautes palestiniens dénonçaient l'"exécution" de l'homme --dont seul le nom "Hassan" est mentionné-- par l'armée égyptienne, qui jusqu'ici n'a pas commenté l'incident survenu jeudi.

Une vidéo a également fait le tour des réseaux. Sur ces images, on voit l'homme, entièrement nu, marcher dans l'eau et traverser la rangée de perches en bois plantées à quelques mètres de la côté qui marquent la frontière entre l'enclave palestinienne et l'Egypte.

Il est soudainement fauché par une balle, tandis que plusieurs autres ricochent sur l'eau. Dans le cadre, apparaît un homme, visiblement un membre des forces du Hamas qui tient les frontières de la bande de Gaza. Il fait de grands signes, tentant apparemment de signifier aux forces égyptiennes que l'homme a des problèmes mentaux. Il agite à plusieurs reprises les bras en direction du poste de l'armée égyptienne et siffle pour interpeler les soldats mais les balles continuent de pleuvoir sur l'homme désormais allongé sous les vagues.

Le vidéaste amateur filme ensuite son corps échoué sur le sable que trois soldats égyptiens viennent récupérer.

Plusieurs caricaturistes se sont saisis de la mort du Gazaoui, représentant deux mains ensanglantées se serrant, l'une portant le drapeau israélien, l'autre égyptien, et entre leurs doigts un Palestinien étouffant. Un autre détourne le verset coranique dont l'Egypte a fait un de ses slogans: "Entrez en Égypte en toute sécurité, si Dieu le veut!" devenu "Entrez en Egypte... si Dieu le veut!", écrit sur le corps dessiné de l'homme nu et échoué sur une plage.

Une manifestation a rassemblé dimanche quelques dizaines de Gazaouis sous les mêmes bannières "Pourquoi l'ont-ils tué?" réclamant notamment que le corps du jeune homme soit rendu à ses proches, a constaté un photographe de l'AFP.

Jeudi, le ministère de l'Intérieur du Hamas dans la bande de Gaza avait indiqué que le jeune homme avait été "tué par des tirs de l'armée égyptienne qui retient son corps".

La bande de Gaza est maintenue depuis 2006 sous un strict blocus terrestre, aérien et maritime d'Israël, et sa seule ouverture sur le monde non contrôlée par l'Etat hébreu, le point de passage de Rafah dans le sud, est fermé en quasi-permanence par l'Egypte, où le nouveau régime tenu par un ex-maréchal accuse le Hamas au pouvoir à Gaza de soutenir l'insurrection jihadiste dans le Sinaï voisin.

az-sbh/dms/nbz