NOUVELLES
28/12/2015 08:46 EST | Actualisé 28/12/2016 00:12 EST

La maison du CH est en feu, Ben Scrivens arrive un mois trop tard

BILLET - Il y a une grosse différence entre acquérir un détecteur de fumée pour éviter que votre maison soit incendiée et acheter un détecteur de fumée quand le feu est pris, que les flammes sortent par le toit et qu'il y a trois camions rouges garés devant votre porte d'entrée.

Un texte de Martin Leclerc

De la même manière, l'acquisition de Ben Scrivens survient un mois trop tard pour le Canadien.

À la fin de novembre, quand Carey Price s'est blessé et que les médecins ont établi qu'il allait rater près de 25% du calendrier, Marc Bergevin a choisi d'analyser son alignement avec des lunettes roses et de rester assis sur ses mains. Je me rappelle d'une chronique du début décembre, dans laquelle je croyais sincèrement que l'arrivée d'un vétéran gardien dans l'entourage de l'équipe n'était qu'une formalité. Parce qu'il était impensable qu'il en soit autrement.

Quand Price s'est blessé, les gardiens numéros deux, trois et quatre de l'organisation comptaient un total de 48 matchs d'expérience dans la LNH. Dans sa longue histoire, rarement cette organisation s'était retrouvée aussi vulnérable à cette position-clé. Il était donc écrit dans le ciel que le Canadien courait un immense risque en confiant son filet pendant six longues semaines (et près de 25 % du calendrier) à Mike Condon, une recrue de 25 ans qui ne comptait alors que 14 matchs d'expérience dans la LNH.

Quant à Dustin Tokarski, il venait de perdre son job d'auxiliaire aux mains de Condon! Par quelle sorte de pensée magique a-t-on pu croire que Tokarski allait pouvoir stabiliser l'équipe si la commande devenait trop lourde pour Condon?

***

Tout le monde a sa petite idée quant à l'identité du virus qui ronge le CH depuis le début de décembre. L'attaque est aussi tombée à plat quand Price a pris le chemin de la clinique, et de nombreux observateurs pressent Bergevin de transiger pour ajouter du punch offensif à sa formation. (Cela viendra sans doute. Les nombreux mouvements de personnel survenus au sein du groupe de défenseurs annoncent une autre transaction.)

Toutefois, ceux qui se concentrent sur la disette offensive du Canadien oublient une donnée fondamentale : dans la LNH, peu importe la capacité offensive de votre club, vos chances de l'emporter s'établissent à 7,6% quand votre gardien maintient un taux d'efficacité inférieur à ,900.

Or, lors des dix départs qu'il a obtenus depuis la blessure de Price, Mike Condon est passé cinq fois sous la barre des ,900. Et dans trois autres matchs, il a franchi cette marque de justesse, ce qui équivaut quand même à accorder un but de plus par match qu'un gardien numéro un de la LNH. Quant à Tokarski, il est passé sous la barre des ,900 dans trois départs sur quatre.

L'un dans l'autre, le Canadien présente une fiche de 3-11 depuis le départ de Price. Les difficultés offensives du CH (qui possède une attaque moyenne) sont la conséquence directe du rendement de ses gardiens, qui accordent constamment le premier but ou qui cèdent alors que leur équipe exerce le contrôle du match.

Il y a une semaine, Michel Therrien avait lui-même été forcé de l'admettre. « Le plus gros problème auquel on fait face, c'est qu'on a deux gardiens qui n'ont même pas 50 matchs d'expérience dans la LNH. Nous en sommes très conscients mais c'est la situation dans laquelle on se retrouve », avait-il expliqué.

***

Un mois trop tard, voilà donc Ben Scrivens qui débarque dans le vestiaire en flammes du Canadien.

Scrivens est en plein le genre d'acquisition qui aurait eu un réel effet apaisant sur la formation du CH au cours des dernières semaines. Il compte 129 matchs d'expérience dans la LNH et (outre la saison dernière à Edmonton) il a maintenu des statistiques décentes même s'il a rarement eu le privilège de jouer derrière une défense aussi structurée que celle du CH. Quand il a bénéficié de la structure défensive des Kings de Los Angeles il y a deux ans, Scrivens a maintenu une moyenne d'efficacité de ,931.

Ben Scrivens a 29 ans. Il a joué derrière des défenses en lambeaux (à Toronto et Edmonton) et il a campé le rôle d'auxiliaire au sein d'une équipe de premier plan. Il a suffisamment de vécu pour stopper une glissade quand elle commence. Il a accumulé assez de kilométrage dans cette ligue pour camper le rôle de roue de secours au sein d'une équipe de qualité.

Mais voilà, Marc Bergevin a choisi d'aller chercher Scrivens alors que l'équipe a déjà dévalé le trois-quarts de la pente. Et à grande vitesse à part ça. Cette transaction survient aussi à un peu plus d'une semaine du retour anticipé de Carey Price.

La maison du CH est en flammes et trois camions rouges sont garés devant la porte d'entrée. Les dégâts sont faits et le classement annonce qu'il faudra se battre jusqu'à la fin pour sauver les meubles. Bergevin a juste acheté son détecteur de fumée trop tard.