NOUVELLES
28/12/2015 13:12 EST | Actualisé 28/12/2016 00:12 EST

Dur lendemain de veille dans la Ville de l'Acier

La défaite subie aux mains des Ravens (5-10), dimanche après-midi à Baltimore, a grandement compliqué la vie des Steelers de Pittsburgh (9-6).

Menés par le quart substitut Ryan Mallett, les Ravens ont triomphé de leurs éternels rivaux par un pointage de 20-17. Un résultat qui vient mettre un baume sur une saison de misère puisque les Steelers ne contrôlent désormais plus leur destinée.

Ben Roethlisberger et sa bande doivent absolument vaincre les Browns (3-12) dimanche prochain et espérer l'un des deux scénarios suivants : une défaite des Jets de New York (10-5) à Buffalo (7-8) ou bien des revers des Broncos de Denver (10-4) au cours de leurs deux derniers matchs.

Les Broncos accueilleront d'abord les Bengals de Cincinnati (11-3) lundi soir, puis seront les hôtes des Chargers de San Diego (4-11) au cours du dernier week-end d'activité dans la Ligue nationale de football (NFL).

Les joueurs des Steelers avaient leur destin entre leurs mains avant de célébrer Noël et, surtout, étaient considérés comme la deuxième meilleure formation de l'Association américaine, derrière les Patriots de la Nouvelle-Angleterre (12-3).

Ils se sont réveillés ce matin relégués hors du portrait éliminatoire. Preuve que les choses changent vite dans le monde du sport, spécialement dans le circuit Goodell.

Dans une rencontre d'une importance capitale, c'est le meneur de l'organisation depuis des lunes qui a sombré. Le vétéran Ben Roethlisberger a été victime de deux interceptions, trois sacs du quart et n'a jamais été en mesure de trouver une solution afin de permettre à son équipe de l'emporter.

L'unité de Roethlisberger, qui avait pourtant engrangé 30 points ou plus dans chacune de ses 6 dernières sorties, a été limitée à un maigre 17 points.

Les Ravens, terriblement éprouvés par les blessures en 2015, ont ainsi balayé la série de deux matchs contre leurs adversaires de la Division nord de l'Américaine.

Un coup de balai qui pourrait peut-être bien faire la différence entre une participation à la danse hivernale et une surprenante exclusion des éliminatoires.