NOUVELLES
28/12/2015 05:08 EST | Actualisé 28/12/2016 00:12 EST

David Cameron critiqué pour la gestion des inondations en Angleterre

Critiqué par l'opposition pour l'inefficacité des mesures de prévention des inondations, le premier ministre britannique, David Cameron, s'est rendu dans la région de York, dans le nord de l'Angleterre, où des inondations ont provoqué l'évacuation de centaines de citoyens.

Le premier ministre Cameron a rencontré des soldats dépêchés au secours de la population de York où les rues sont submergées à la suite des pluies diluviennes des derniers jours. M. Cameron a qualifié la situation de « sans précédent » alors que l'opposition lui reproche d'avoir été mal préparé pour faire face à ces phénomènes météorologiques extrêmes.

Le gouvernement a décidé d'ouvrir les vannes qui retenaient d'importantes quantités d'eau et qui ont envahi les rues de la ville contribuant aux inondations. Les autorités craignaient que les pompes des vannes retenant les flots ne suffisent pas à la tâche et que des inondations encore plus sévères ne ravagent la région.

La situation a ravivé le débat sur les mesures de prévention des inondations dans ce pays insulaire où près d'un logement sur cinq est situé en zone inondable, selon l'Association des experts en immobiliers.

D'importantes inondations ont frappé le nord-ouest de l'Angleterre au début du mois provoquant des dégâts d'une valeur de plusieurs centaines de millions d'euros. De plus, la région avait également été inondée à l'hiver 2013-2014 à la suite de crues provoquées par des pluies historiques.

Des mesures à réviser

Accusé de ne pas avoir tiré de leçons des inondations de 2013-2014, le premier ministre a répété que l'ensemble des mesures seraient réévaluées à la lumière des présents événements. « Comme je l'ai dit, regardons pour voir s'il faut faire davantage et si les défenses anti-inondations doivent être améliorées », a-t-il déclaré à la chaîne Sky News, lors d'une visite d'un site de remplissage de sacs de sable en périphérie de York.

Le quotidien The Guardian estime dans ses pages que « des discours creux ou même l'armée ne peuvent pas remplacer une politique cohérente sur la prévention des inondations ». « Le changement climatique et une préparation inadéquate », déplore le journal, « garantissent que les inondations deviendront une donnée péniblement régulière de la vie britannique dans l'avenir ».

De son côté, David Rooke, un haut responsable de l'Agence pour l'environnement britannique, un organisme gouvernemental, a appelé à « repenser complètement » le dispositif anti-inondations pendant que l'opposition travailliste accuse le gouvernement Cameron de vouloir réduire les fonds alloués à ces mesures.

Située à la confluence des rivières Ouse et Foss, York a vu des quartiers entiers être inondés, des voitures et quelque 500 bâtiments disparaître sous les eaux. Le niveau des eaux s'est stabilisé à 5,2 mètres au-dessus de la normale, mais l'agence nationale de météorologie prévoit de nouvelles averses en milieu de semaine.

« Cela fait 26 ans que je vis à York et je n'avais encore jamais vu la ville comme ça », a déclaré un résident de l'endroit, Michael Anderson.

Le gouvernement a mobilisé 500 militaires pour aider les populations à lutter contre les inondations et il pourrait en envoyer 1000 de plus en renfort si la situation se dégradait.