NOUVELLES
26/12/2015 06:10 EST | Actualisé 26/12/2016 00:12 EST

Selon un sondage, les violences ont marqué les esprits aux États-Unis en 2015

NEW YORK — Selon un récent sondage, de nombreux Américains ont jugé que les moments les plus marquants de 2015 avaient été les fusillades de masse perpétrées aux États-Unis.  

Pas moins de 68 pour cent des répondants ont qualifié les attaques commises à San Bernardino, à Charleston, à Roseburg et à Chattanooga d'événements très ou extrêmement importants.

Quelque 64 pour cent d'entre eux ont fait entrer dans l'une ou l'autre de ces deux catégories les violences ayant secoué la France incluant les attentats qui ont ciblé le journal satirique «Charlie Hebdo», un supermarché casher et le Bataclan.

Par ailleurs, 63 pour cent des personnes interrogées ont jugé que les diverses atrocités dont le groupe armé État islamique s'est rendu responsable avaient été des développements très ou extrêmement significatifs dans l'actualité.

Au total, 44 pour cent des répondants ont catalogué les morts de nombreux Afro-Américains aux mains de policiers, qui ont été à l'origine de mouvements de protestation à Baltimore et à Chicago, comme étant des moments très ou extrêmement importants.

L'entente conclue en lien avec le dossier nucléaire iranien a enregistré exactement le même résultat.

En outre, 42 pour cent des gens interrogés ont estimé que la crise des migrants en Europe méritait d'être considérée comme étant très ou extrêmement marquante.

Une année à oublier

Le sondage révèle également que la plupart des personnes interrogées, soit 57 pour cent d'entre elles, ont eu l'impression que l'année qui est sur le point de prendre fin était pire que la précédente pour l'humanité.

Seulement 10 pour cent des répondants partageaient l'opinion contraire alors que 32 pour d'entre eux croyaient qu'il n'y avait pas réellement eu de différence marquée entre 2014 et 2015.

Le sondage AP-Times Square Alliance a été mené auprès de 1020 adultes choisis de manière aléatoire entre le 11 et le 13 décembre. Sa marge d'erreur est de plus ou moins trois points de pourcentage.