NOUVELLES
26/12/2015 12:10 EST | Actualisé 26/12/2016 00:12 EST

Inculpations "proches" pour l'incendie ayant décimé une famille palestinienne

Des inculpations contre les auteurs juifs de l'incendie qui a coûté la vie à un bébé palestinien à ses parents en Cisjordanie occupée en juillet sont proches, a estimé samedi le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon.

"Il ne se passera pas beaucoup de temps avant que soient déposés des actes d'accusation contre les meurtriers, à notre regret, des terroristes juifs", a déclaré M. Yaalon lors d'une interview à la deuxième chaîne de télévision israélienne.

Selon des sources judiciaires citées par le site d'information Ynet, ces actes d'accusation pourraient être émis dès le milieu de la semaine prochaine.

Un bébé palestinien de 18 mois, Ali Dawabsheh et ses parents avaient péri dans l'incendie de leur maison, à Douma, un village situé en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

La diffusion en fin de semaine d'images d'extrémistes juifs célébrant la mort de cette famille lors d'un mariage a relancé le débat sur la violence juive en Israël.

M. Yaalon a invité certaines personnalités politiques appartenant à la mouvance nationaliste religieuse à procéder à un "examen de conscience" et à "tracer des lignes claires" pour faire respecter l'État de droit.

Selon lui, certaines personnalités ont en effet affaibli l'Etat de droit en adoptant une attitude laxiste à l'égard des infractions commises par des juifs contre des Palestiniens.

"Il y a un lien direct entre la non-soumission à l'Etat de droit et le fait que des jeunes brûlent une famille et célèbrent ce crime", a-t-il déclaré.

Il a cependant salué les déclarations de Naftali Bennett, le ministre de l'Education et chef de file du parti nationaliste religieux Foyer Juif, partisan de la colonisation, qui avait qualifié de "terroristes", les extrémistes célébrant la mort d'Ali Dawabsheh.

Le ministre a ajouté que des enquêtes devaient aussi être ouvertes sur "certains rabbins qui par leurs déclarations répétées sur une longue période poussent des jeunes à l'acte".

dms/iw