NOUVELLES
26/12/2015 16:34 EST | Actualisé 26/12/2016 00:12 EST

Des milliers de Burundais manifestent contre la force de paix africaine

BUJUMBURA, Burundi — Des milliers de partisans du président du Burundi ont manifesté, samedi, contre le projet de l'Union africaine de déployer 5000 soldats de maintien de la paix pour apaiser les violences politiques dans le pays.

Le Burundi est déstabilisé par des troubles depuis le mois d'avril, quand le président Pierre Nkurunziza a annoncé qu'il se portait candidat pour un troisième mandat. Il a été réélu en juillet, mais depuis, les violences se multiplient.

La manifestation de samedi à Bujumbura, la capitale, était menée par le vice-président Gaston Sindimwo, qui a déclaré que l'armée burundaise était en mesure de freiner les violences et de protéger tous les citoyens du pays. D'autres manifestations ont eu lieu dans la province de Ngonzi, dont est originaire le président Nkurunziza, et considérée comme un bastion du parti au pouvoir.

Le Burundi n'acceptera jamais le déploiement de soldats de l'Union africaine sur son sol, a martelé M. Sindimwo.

Plus tôt ce mois-ci, 87 personnes ont été tuées quand trois installations militaires ont été attaquées par des rebelles opposés au président. Au moins 400 personnes ont perdu la vie dans les violences au Burundi depuis le mois d'avril, et quelque 220 000 autres ont dû fuir vers les pays voisins, selon les Nations unies.

Le gouvernement burundais a rejeté le projet de déployer des soldats de maintien de la paix sur son territoire, les qualifiant de «force d'invasion».

L'Union africaine a écrit au président Nkurunziza pour le prier d'accepter le déploiement, alors que les observateurs s'inquiètent de la possibilité que le Burundi sombre dans une nouvelle guerre civile.

Le président de l'Ouganda, Yoweri Musevini, doit agir comme médiateur dans les pourparlers entre les parties en conflit, la semaine prochaine à Kampala. Quatorze groupes burundais devraient y participer.