NOUVELLES
24/12/2015 05:51 EST | Actualisé 24/12/2016 00:12 EST

Wall Street hésite à l'ouverture d'une séance raccourcie pour Noël

Wall Street hésitait jeudi après trois jours de hausse, à l'orée d'une séance qui devrait être peu animée, le marché fermant avec trois heures d'avance à la veille de Noël: le Dow Jones perdait 0,19%, mais le Nasdaq prenait 0,09%.

Vers 14H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 33,73 points à 17.568,88 points tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, gagnait 4,67 points à 5.050,61 points.

Très surveillé par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 reculait de 1,82 point, soit 0,09%, à 2.062,47 points.

Mercredi, la Bourse de New York avait nettement monté après une nette reprise des cours pétroliers qui l'avait aidée à poursuivre un bon début de semaine dans des échanges déjà limités: le Dow Jones avait pris 1,06% à 17.602,61 points et le Nasdaq 0,90% à 5.045,93 points.

Désormais, Wall Street stagne "après avoir monté trois jours de suite (...) comme les investisseurs s'apprêtent à observer une séance raccourcie aujourd'hui, et comme les marchés seront fermés demain pour Noël aux Etats-Unis comme dans de nombreux autres pays", ont résumé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

La séance de jeudi se terminera à 18H00 GMT, soit trois heures plutôt que d'habitude, ce qui la raccourcira environ de moitié.

Après avoir plongé en fin de semaine précédente dans les séances qui ont suivi le premier relèvement depuis dix ans des taux d'intérêt américains, Wall Street s'est nettement reprise depuis lundi.

"Tout le monde s'excite, comme devant un Père Noël de supermarché, mais cette hausse ne s'est pas basée sur quelque chose de réel d'un point de vue fondamental", a prévenu Patrick O'Hare, de Briefing.

"Certes, les prix du pétrole vont mieux, ce qui fait espérer qu'ils aient atteint un plancher et entraîne un certain nombres de chasses aux bonnes affaires dans un secteur de l'énergie qui a beaucoup souffert", a-t-il reconnu.

Les cours du pétrole prenaient encore quelque 50 cents le baril jeudi à New York, au lendemain d'une nette reprise dans la foulée de l'annonce d'une chute hebdomadaire des stocks américains.

Dans ce contexte, la seule actualité macroéconomique du jour aux Etats-Unis, une petite baisse hebdomadaire des inscriptions au chômage, n'a pas semblé de nature à beaucoup enthousiasmer les investisseurs.

Le marché obligataire avançait légèrement, le rendement des bons du Trésor à dix ans baissant à 2,252% contre 2,261% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,979% contre 2,989% précédemment.

jdy/jld/bdx