NOUVELLES
24/12/2015 08:57 EST | Actualisé 24/12/2016 00:12 EST

Israël: 4 morts dans des violences, une vidéo d'extrémistes juifs crée la polémique

Trois Palestiniens ont été tués jeudi alors qu'ils menaient des attaques contre des Israéliens et un quatrième lors de heurts avec l'armée israélienne dans un contexte de violences encore exacerbé par la diffusion d'images d'extrémistes juifs célébrant la mort d'un bébé palestinien.

Cette vidéo, filmée il y a une dizaine de jours, vient relancer le débat sur la violence juive en Israël, ramenée sous le feu des projecteurs par la mort d'une famille palestinienne dans l'incendie de leur maison en Cisjordanie occupée fin juillet.

Les autorités israéliennes avaient alors dénoncé, fait rare, un "terrorisme juif" et plusieurs extrémistes avaient été arrêtés. Mais aucun détail sur les auteurs ou sur de possibles poursuites contre eux n'a filtré jusqu'ici, la sécurité israélienne maintenant la censure sur les détails de l'enquête.

La vidéo qui fait actuellement débat montre des jeunes juifs orthodoxes qui dansent lors d'un mariage en brandissant des armes à feu et en faisant passer, en la lacérant, une photographie du bébé tué avec ses parents dans l'incendie.

- 'Danger pour la société' -

Les autorités israéliennes ont annoncé avoir ouvert une enquête sur ces images, diffusées sur les médias israéliens, qui montrent, a affirmé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, "le vrai visage d'un groupe qui constitue un danger pour la société israélienne et la sécurité d'Israël".

Selon les médias israéliens, le marié était un membre connu de l'extrême droite, questionné dans le passé pour son rôle présumé dans des actes de "terrorisme juif", et nombre des invités étaient proches des suspects arrêtés dans le cadre de l'enquête sur l'incendie.

Plusieurs leaders de la mouvance des colons ont dénoncé la vidéo et le ministre de l'Education Naftali Bennett, chef de file du parti nationaliste religieux Foyer juif, a évoqué des "terroristes dont le but est de démanteler l'Etat d'Israël".

La diffusion de ces images s'inscrit dans un contexte de violences meurtrières qui ne faiblissent pas depuis près de trois mois. Depuis le 1er octobre, attaques menées par des Palestiniens isolés et heurts entre Palestiniens et soldats israéliens ont coûté la vie à 129 Palestiniens, 19 Israéliens ainsi qu'à un Américain et un Erythréen, selon un décompte de l'AFP.

La majorité des Palestiniens tués l'ont été en commettant ou en tentant de commettre, selon les autorités israéliennes, des attaques, à l'arme blanche pour la plupart mais également à la voiture bélier et à l'arme à feu.

- Trois attaques, quatre morts -

Jeudi de nouveau, alors que Bethléem ouvrait les célébrations de Noël dans le berceau du christianisme, trois Palestiniens ont été tués alors qu'ils menaient des attaques séparées en Cisjordanie occupée, blessant plusieurs Israéliens.

La première attaque s'est produite près de la colonie d'Ariel lorsqu'un Palestinien originaire d'un village proche a blessé au couteau deux gardes de sécurité qui l'ont tué par balle, a indiqué la police israélienne. Les gardes, dont une femme, ont été sérieusement blessés mais leur vie n'est pas en danger.

La deuxième attaque est survenue à un check-point près de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, lorsqu'un Palestinien originaire de la région de Hébron, a tenté d'attaquer des soldats avec un tournevis avant d'être abattu.

Dans une troisième attaque, un Palestinien a lancé sa voiture contre un check-point de l'armée au nord-est de Jérusalem et a été tué après avoir légèrement blessé un soldat, a indiqué l'armée. L'assaillant était originaire du camp de réfugiés de Qalandia, entre Ramallah et Jérusalem, selon le ministère palestinien de la Santé.

Peu après, un Palestinien a été tué lors de heurts entre Palestiniens et soldats israéliens entrés dans ce même camp pour arrêter trois personnes, selon des responsables locaux. Jamal Lafi, chef du Comité populaire de Qalandia, une organisation locale, a affirmé à l'AFP que sept jeunes avaient été blessés dans ces heurts, dont deux par balles.

Selon une porte-parole de l'armée israélienne, les forces militaires ont été "attaquées par une foule violente" de Palestiniens qui criaient et leur lançaient des pierres, des cocktails Molotov et des engins explosifs.

Les soldats ont "répliqué au danger immédiat et ouvert le feu sur les hommes armés, a-t-elle ajouté.

dms-sbh/vl