NOUVELLES
24/12/2015 14:26 EST | Actualisé 24/12/2016 00:12 EST

Espagne: réveillon de Noël pour les sans-abri à la mairie de Madrid

Deux cents sans-abri ont eu droit à un réveillon de Noël organisé à la mairie de Madrid avec au menu une soupe de fruits de mer, des crevettes, des daurades grillées et de l'épaule d'agneau.

"C'est merveilleux", s'exclame Fransisco Lopez, 67 ans, en prenant place à l'une des 22 tables décorées de rubans rouges et dressées dans la cour du palais de Cybèle, un édifice monumental qui abrite la mairie de Madrid.

"Je suis vraiment ravi. Si je n'avais pas été invité à venir ce soir, je n'aurais mangé qu'un sandwich", ajoute Francisco qui a dormi, faute de mieux, pendant un mois dans une église.

La municipalité de Madrid, dirigée depuis juin par une alliance de gauche soutenue par le parti anti-austérité Podemos, a autorisé l'ONG espagnole Mensajeros de la Paz à organiser un réveillon de Noël dans le bâtiment de la mairie.

La maire de Madrid Manuela Carmena, ancienne juge qui fut une militante de la défense des droits des travailleurs à l'époque de la dictature du général Francisco Franco, s'est mêlée à la foule des invités avant que le repas ne soit servi.

Dans un toast prononcé avant de rentrer chez elle pour réveillonner en famille, elle a souhaité "beaucoup de joie pour tous, et en ce jour, la paix".

Un gigantesque arbre de Noël confectionné avec des boites en carton et surmonté d'une étoile fabriquée avec des bouteilles en plastique vides décorait la cour d'honneur où avait lieu le banquet.

Le père Angel Garcia, prêtre catholique fondateur de l'association Mensajeros de la Paz, a souligné que l'objectif de l'initiative était de "rendre les gens heureux, de leur donner de l'amour et de l'affection".

Depuis son accession à la tête de la municipalité, Mme Carmena et son équipe ont contribué à l'annulation de dizaines d'avis d'expulsion de familles de leur logement et mis en place un service de médiation pour les habitants ne pouvant pas payer leur crédit immobilier.

Madrid compte quelque 1.900 dans abri, selon les chiffes de la municipalité. Environ 40% dorment dans la rue, les autres dans des centres d'accueil.

ds/mr/tll