NOUVELLES
24/12/2015 07:21 EST | Actualisé 24/12/2016 00:12 EST

A Rio, faute de moyens, les hôpitaux limitent l'accueil des patients

Le gouverneur Luiz Fernando Pezao de l'Etat de Rio, dont les coffres sont vides, a décrété l'état d'urgence dans le secteur de la santé où, faute de moyens, les hôpitaux publics limitent l'accueil des patients.

Grâce à l'état d'urgence, le gouverneur va pouvoir débloquer des fonds plus rapidement en provenance du gouvernement central en contournant différentes étapes administratives. L'objectif est d'accélérer les rentrées d'argent pour payer les salaires des médecins et du personnel soignant et acheter du matériel hospitalier dans cette ville qui accueillera les jeux Olympiques en août 2016.

"Nous espérons normaliser les salaires et paiements la semaine prochaine. Ce n'est pas l'idéal mais le minimum exigé pour que le réseau fonctionne", a déclaré jeudi le gouverneur Pezao lors d'une conférence de presse.

Il a indiqué que 297 millions de réals (68 millions d'euros) ont été débloqués.

La crise s'était aggravée lundi avec la fermeture de quinze unités ambulatoires (UPA) et certains services hospitaliers.

Dans des courriers envoyés au Conseil régional de médecine de Rio (Cremerj), les directeurs des hôpitaux dénoncent le manque de matériel de première nécessité et de médicaments, les obligeant à suspendre les interventions chirurgicales.

Sur quelques sites, certains employés n'ont pas été payés depuis quatre mois.

"Les hôpitaux de Rio sont dans une situation catastrophique, nous n'avons pas de quoi travailler. On a déjà du annuler des opérations, certaines infirmeries et les urgences ont fermé, alors qu'on a des patients dans un état grave", a déclaré à l'AFP Barbara Bastos, 30 ans, interne en chirurgie.

Pablo Vazquez, président du Cremerj s'alarme de la situation à l'approche des JO. "Nous, les médecins, nous sommes inquiets, nous ne savons pas si nous serons en mesure de soigner, non seulement notre population, mais aussi les touristes."

Le ministre de la santé, Marcelo Castro, a déclaré jeudi que les six hôpitaux fédéraux qui n'ont pas de problèmes financiers, "sont à la disposition de l'Etat De Rio". Médecins et matériel seront transférés dans les hôpitaux en crise.

Le secteur public de l'Etat de Rio, dont une bonne partie des recettes provient des revenus du pétrole, a traversé une crise financière en 2015 avec la chute du prix du brut.

mpr-cdo/tup/ger