NOUVELLES
23/12/2015 06:17 EST | Actualisé 23/12/2016 00:12 EST

Wall Street ouvre en hausse, gardant sa bonne disposition

Wall Street a ouvert en hausse mercredi, un regain des cours du pétrole l'aidant à poursuivre une bonne semaine, sans prêter beaucoup d'attentions à des indicateurs peu concluants aux Etats-Unis: le Dow Jones prenait 0,75% et le Nasdaq 0,47%.

Vers 14H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 131,29 points à 17.548,56 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 23,29 points à 5.024,40 points.

Très suivi par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 s'adjugeait 12,53 points, soit 0,61%, à 2.051,50 points.

Mardi, la Bourse de New York avait monté, les indices enregistrant des fluctuations amplifiées par des volumes d'échanges limités: le Dow Jones avait pris 0,96% à 17.412,27 points et le Nasdaq 0,65% à 5.001,11 points.

Désormais, Wall Street poursuit sa hausse "comme les investisseurs entament la dernière séance complète de la semaine, puisque tous les marchés américains fermeront avant l'heure demain (jeudi) et resteront clos vendredi pour Noël", ont rappelé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

La Bourse de New York n'a pour le moment enregistré que des séances de hausse cette semaine, mais certains analystes mettaient cette bonne performance en regard avec une forte chute en fin de semaine précédente.

Depuis lundi, "on dirait que les acteurs du marché souhaitent l'arrivée du Père Noël", a ironisé Patrick O'Hare de Briefing, remarquant que la tendance était "soutenue par une belle hausse des cours du pétrole".

Récemment tombés à leur plus bas depuis 2009 à New York et depuis 2004 à Londres, les cours du pétrole évoluaient dans le vert dans un marché plutôt optimiste avant des chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine, dans l'espoir d'assister à une baisse des réserves.

Pour le reste, la bonne humeur du marché ne pouvait s'expliquer par une salve "mitigée" de statistiques américaines, a jugé M. O'Hare.

Les commandes de biens durables ont stagné en novembre, ce qui a suffit à surprendre favorablement les analystes, l'inflation a un peu accéléré le même mois sur un an, atteignant ainsi un sommet en dix mois, tandis que les dépenses et les revenus des ménages n'ont guère étonné par une petite hausse conjointe, toujours le mois dernier.

Le marché devait encore digérer lors de la première heure d'échanges un chiffre sur le moral des ménages américains en décembre ainsi qu'une statistique sur les ventes de logements neufs le mois dernier.

"Et puis, rapidement, les investisseurs vont s'enfuir, comme Noël arrive à l'horizon", a conclu M. O'Hare.

Le marché obligataire baissait, le rendement des bons du Trésor à dix ans montant à 2,263% contre 2,236% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,000% contre 2,958% précédemment.

jdy/jld/faa