NOUVELLES
23/12/2015 07:47 EST | Actualisé 23/12/2016 00:12 EST

USA: une décision de justice donne espoir à l'équipe des Redskins

Aux Etats-Unis, une décision de justice autorisant un groupe de rock à déposer une marque pour son nom, "The Slants" ("Les Bridés"), donne espoir à l'équipe des Redskins (Peaux-Rouges), dont le nom jugé "désobligeant" envers les Amérindiens n'est plus une marque protégée.

La cour d'appel fédérale de Washington a autorisé mardi un groupe de rock a enregistrer son nom "The Slants", une insulte raciste envers les Asiatiques, comme marque protégée, au nom du Premier amendement de la Constitution des Etats-Unis, qui garantit la liberté d'expression.

"Le Premier amendement empêche le gouvernement de refuser d'enregistrer un nom parce qu'il considérerait que son discours peut être insultant", ont écrit les juges dans leur décision. L'US Patent and Trademark Office, le service administratif qui enregistre les marques, avait refusé d'enregistrer le nom du groupe.

Ce jugement pourrait servir à l'équipe de football américain de Washington, les Redskins, dont le nom, une manière péjorative d'appeler les Amérindiens, fait débat aux Etats-Unis.

En juin 2014, l'US Patent and Trademark Office avait retiré son statut de marque protégée au nom de l'équipe, en expliquant qu'il était "désobligeant" envers les Amérindiens. L'équipe peut toujours continuer d'utiliser ce nom, comme elle le fait depuis près de 50 ans, mais elle ne bénéficie plus de la protection accordée aux marques déposées.

Les dirigeants du club se sont pourvus devant une autre Cour d'appel fédérale, pour faire annuler cette décision. Le pourvoi est à l'étude et le club espère que la décision rendue sur le nom du groupe de rock fera jurisprudence.

Si, au contraire, la Cour d'appel confirme l'abandon du statut de marque protégée, l'équipe pourra sûrement aller devant la Cour suprême, la plus haute autorité juridique américaine, pour déterminer si faire du nom "Redskins" une marque déposée est constitutionnel ou non.

Dan Snyder, le propriétaire de l'équipe, a de nombreuses fois répété qu'il n'était pas question de changer le nom du club, qu'il estime être une forme d'hommage à la communauté amérindienne, forte aujourd'hui de trois millions de personnes.

Barack Obama s'était exprimé en faveur d'un changement de nom de l'équipe, tandis que les éditorialistes du Washington Post avaient expliqué qu'ils n'utiliseraient plus le terme "Redskins" pour la désigner.

leo/vog/dhe