NOUVELLES
22/12/2015 23:13 EST | Actualisé 22/12/2016 00:12 EST

Une campagne anti-cannabis australienne tournée en ridicule sur les réseaux sociaux

Une campagne de prévention contre la marijuana qui met en scène des paresseux à taille humaine en train de marmonner des propos incohérents s'est retournée contre ses promoteurs et est devenue la risée des réseaux sociaux.

La campagne "You're worse on weed" qui pourrait se traduire par "Tu t'es vu quand t'as méfu", vise à prévenir les adolescents des dangers que représente la consommation régulière de cannabis.

Elle montre les fumeurs sous les traits de paresseux, ces mammifères qui passent beaucoup de temps suspendus dans les arbres. Ils y tiennent des propos indistincts et se front traiter de "paresseux défoncés (stoner sloth)".

Las, la campagne, qualifiée de "absurdement drôle", suscite une multitude de quolibets sur internet. Sa page Facebook a reçu 16.000 "likes".

"Fumez de l'herbe et devenez l'un des animaux les plus adorables du monde. Où est ce que j'en achète", écrit Andrew Watton-Davies tandis que Scott Hobson s'interroge: "Je n'arrive vraiment pas à déterminer si c'est une satire ou si c'est authentique".

Le Premier ministre de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Mike Baird, dont le gouvernment est pourtant derrière l'initiative lancée cette semaine, y est lui-même allé de son commentaire narquois.

"Je viens de voir les spots #StonerSloth. Je ne sais pas où ces publicitaires du gouvernement ont trouvé les frères de Chewbacca mais ces vidéos...sont quelque chose", a-t-il dit sur tweeter, en référence au bipède hirsute de la série Star Wars.

Le Centre de prévention et d'information sur le cannabis a lui pris ses distances, estimant que cette opération ne répondait pas à ses critères en la matière.

Toute campagne "doit prendre en compte le fait que les adolescents sont intelligents, ont accès à beaucoup d'informations. Il faut les respecter et éviter l'hyperbole".

Les Verts de Nouvelle-Galles du Sud l'ont qualifiée de "puérile" tandis que le gouvernement s'est justifié en expliquant qu'il s'agissait de toucher les jeunes avant que l'usage du cannabis ne devienne un problème.

"La campagne vise à plaire, --et à être +partagée+--, à des adolescents qui sont parmi les plus vulnérables" en matière de consommation de cannabis, a-t-il dit.

mp/bp/ev/ros

FACEBOOK