NOUVELLES
23/12/2015 07:33 EST | Actualisé 23/12/2016 00:12 EST

Joëlle Numainville encore aux Jeux olympiques en 2016?

Joëlle Numainville l'avoue : elle a reçu un nouveau vélo une semaine avant le contre-la-montre des derniers Championnats canadiens et ignorait tout du système de vitesses électroniques lorsqu'elle a pris le départ de la course. 

Un texte de Jean-Patrick Balleux

Résultat pour la championne canadienne sur route? Une quatrième place dans cette épreuve. Cyclisme Canada pourrait-elle la priver des Jeux olympiques de Rio pour ça?

« Je ne l'ai jamais dit à personne, mais je ne savais pas comment shifter les vitesses. Cela n'a pas été une bonne année au contre-la-montre », indique Numainville.

Elle ne croit pas être pénalisée par ce mauvais résultat lorsque la fédération fera son choix de cyclistes à envoyer dans la mêlée à Rio les 7 et 10 août.

« Sur une ligne de départ, je peux lire des courses plus facilement que les autres cyclistes qui sont nouvelles dans l'équipe. J'ai plus d'expérience et de sens de la course que les autres, affirme Numainville. Mais au niveau des sélections, il faut recommencer à zéro. C'est une nouvelle bataille, quatre ans plus tard et c'est ça qu'il faut. »

Si la Lavalloise a été boudée aux Jeux panaméricains, elle ne craint pas que des cyclistes sur piste soient envoyées à Rio dans les épreuves sur route, comme c'est arrivé à Toronto en juillet.

Cette situation lui a permis de participer au Tour de France, une expérience qu'elle a adorée. D'autant plus que depuis l'an passé, Numainville vit pratiquement en Europe. Elle a un pied-à-terre près de Barcelone, beaucoup plus pratique quand vient le temps de porter les couleurs de son équipe professionnelle suisse, Bigla.

Numainville avait été la meilleure Canadienne avec une 12e place aux Jeux olympiques de Londres en 2012, malgré une chute à un kilomètre du Palais de Buckingham et malgré le torrent.

L'athlète de 28 ans estime que la commotion cérébrale qui l'a ennuyée pendant un an entre 2013 et 2014 est chose du passé.

Entre son calendrier de courses en Europe et ses engagements avec Bigla, Numainville peaufine son plan d'entraînement au quartier général de B2Dix, près du canal Lachine à Montréal. Elle entamera sa nouvelle saison le 3 février au Qatar et ne saura qu'au lendemain des prochains Championnats canadiens, en juin, si elle fera partie de l'équipe canadienne olympique.

« C'est un processus discrétionnaire. Les personnes qui arrivent avec les meilleurs résultats et celles qui ont le plus de chances de médailles seront choisies. J'ai juste à me concentrer sur moi-même. C'est moi contre moi. »