NOUVELLES
23/12/2015 06:28 EST | Actualisé 23/12/2016 00:12 EST

Drapeaux indépendantistes catalans: le Barça fait appel des sanctions devant le TAS

Le FC Barcelone a annoncé mercredi qu'il ferait appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) après le rejet par l'UEFA de son recours contre les sanctions reçues à la suite du déploiement de drapeaux indépendantistes catalans en tribune.

"L'UEFA a notifié au FC Barcelone et à la RFEF (la Fédération espagnole) sa décision de rejeter l'appel interjeté par le club contre la sanction pour les chants (entonnés) et les drapeaux indépendantistes déployés au Camp Nou", annonce le club catalan dans un communiqué. "Comme c'était prévu, le FC Barcelone va soumettre immédiatement un recours devant le Tribunal arbitral du sport".

Après le déploiement d'"Esteladas" (drapeaux rouge et jaune frappés d'une étoile blanche sur un triangle bleu) lors du match de poule de Ligue des champions au Camp Nou contre le Bayer Leverkusen fin septembre (2-1), l'UEFA avait indiqué à l'AFP avoir infligé une amende de 40.000 euros au club.

En juillet, l'instance européenne du football avait déjà sanctionné le Barça d'une amende de 30.000 euros après des faits similaires lors de la finale de la C1 le 6 juin à Berlin, remportée par les Blaugrana face à la Juventus Turin (3-1).

Le règlement disciplinaire de l'UEFA prévoit des sanctions économiques et jusqu'à la fermeture partielle d'un stade pour "l'utilisation de symboles, d'actes ou de chansons qui n'entrent pas dans le cadre d'un événement sportif, en particulier des messages de nature politique, idéologique, religieuse, offensive et provocante".

Historiquement lié au nationalisme catalan, le Barça soutient ces démonstrations de ces supporteurs au nom de la "liberté d'expression".

"(L'UEFA) attente à l'un des droits les plus basiques de la démocratie: la liberté d'expression. On a sanctionné le Barça pour avoir permis, pour n'avoir pas empêché qu'un certain nombre de +socios+ expriment leurs sentiments de manière pacifique avec un symbole (...) qui n'encourage pas la violence, n'est interdit dans aucun autre endroit et représente un sentiment identitaire légitime", avait asséné le président du Barça Josep Maria Bartomeu lors de son discours devant l'Assemblée générale annuelle des "socios", les supporteurs-actionnaires du club, en octobre.

dbh/acc/pel/dhe