DIVERTISSEMENT
22/12/2015 08:53 EST | Actualisé 22/12/2015 08:55 EST

Marie-Denise Pelletier: regard sur 30 ans de carrière

Jean-Charles Labarre

En 30 ans de carrière, on en traverse, des joies et des tempêtes. Marie-Denise Pelletier célébrait en 2015 ses trois décennies de métier et a souligné l’anniversaire avec un coquet coffret, baptisé Les introuvables, réunissant ses cinq premiers albums de chansons originales : Premier contact (1986), À l’état pur (1987), Survivre (1989), Entre la tête et le cœur (1993) et Le sixième jour (1996).

Un objet de collection pour les admirateurs de la première heure de la chanteuse, qui non seulement renoueront avec grande allégresse avec les classiques de son répertoire, les Pour une histoire d’un soir, T’es pas Brando, À 17 ans, Danse (mon bel ami), Survivre ensemble et autres Tous les cris, les SOS, mais découvriront également quelques perles cachées chantés avant le début sa notoriété, comme un morceau de 1984 intitulé Cruising, que Marie-Denise avait chanté avec son groupe, Musical Digital Print (MDP) au concours l’Empire des futures stars, bien avant d’être connue. Les photos des pochettes des cinq galettes démontrent aussi à quel point Marie-Denise… et la mode ont fait du chemin depuis le milieu des années 80!

Encore amoureuse folle de son art, des projets plein la tête pour les prochaines années, Marie-Denise Pelletier ne s’est pas laissée aller à la nostalgie dans les derniers mois, mais jugeait néanmoins important d’effectuer ce bref retour en arrière, pour combler le public qui lui est fidèle depuis longtemps.

«Je n’ai pas fait de bilan, avoue l’interprète. J’ai surtout constaté que j’ai fait énormément de choses, et que c’est un travail que j’aime encore plus aujourd’hui.»

«En début de carrière, on veut se faire une place, se faire aimer, montrer au monde entier qu’on existe. Avec le temps, ce goût de chanter se transforme. Je suis beaucoup plus dans le plaisir et dans l’instant présent, maintenant.»

«Pour moi, être sur scène, c’est le plus beau des cadeaux. Je suis extrêmement privilégiée de pouvoir faire encore ce métier, après 30 ans. D’autant plus qu’aujourd’hui, c’est de plus en plus difficile de faire des carrières à long terme. Quelques-uns pourront y arriver, mais il y a tellement de talents qui se bousculent aux portes, tellement de monde! Ça ne doit pas être évident, aujourd’hui, de vouloir faire ce métier, et d’en faire toute sa vie», complète Marie-Denise.

Des débuts du disque compact aux extraits vendus à la pièce sur iTunes, l’industrie de la musique a connu plusieurs bouleversements en 30 ans. À travers toutes ces mutations, Marie-Denise Pelletier est parvenue à écouler près d’un demi-million d’albums, un petit exploit qui sera difficile à surpasser désormais.

«J’ai été parmi les chanceuses qui ont vécu l’âge d’or du disque au Québec. Aujourd’hui, il faut se rabattre sur les spectacles. Mon avantage, c’est que je n’ai jamais quitté la scène et les gens viennent encore me voir. Si ce n’était pas le cas, je devrais penser à autre chose. Ce n’est plus avec le disque qu’on peut gagner notre pain quotidien. Les droits d’auteurs se sont aussi transformés.»

Choisir le Québec

En jetant un œil au parcours de Marie-Denise Pelletier, on s’étonne que sa voix puissante ne l’ait pas menée à construire une carrière en Europe. Surtout que sa victoire au concours Francovision, à Paris, en 1993, a marqué un jalon important de son cheminement professionnel. C’est un choix personnel, doublé de circonstances défavorables, qui ont fait en sorte que Marie-Denise n’a pas persisté à conquérir l’Hexagone, une décision qu’elle n’a jamais regrettée.

«Pour avoir une carrière en France, il faut déménager et passer des années là-bas, explique Marie-Denise. Moi, j’ai commencé à chanter avant Roch Voisine, et les Français n’étaient pas vraiment intéressés à ce qui se passait au Québec, à l’époque. Il y a eu les années 70, avec les Charlebois, Dufresne, Diane Tell, Fabienne Thibault et, ensuite, pendant 10 ou 12 ans, les Français ne s’intéressaient carrément plus à nous. On a quand même essayé ; je suis allée là-bas, j’ai fait des émissions, dont celle de Michel Drucker, dans les années 80, mais avec les compagnies de disques, c’était très difficile, et pas seulement pour moi. Ensuite, Roch Voisine est arrivé avec sa belle gueule, avec Hélène, et nous a rouvert les portes de l’Europe.»

«Ceci dit, essentiellement, les Québécois qui ont eu du succès en France, ce sont des gens qui se sont installés là-bas, ou qui ont pu y passer quelques années pour développer une carrière. Mais j’ai quand même des fans là-bas, qui m’écrivent sur Facebook. Je suis allée à quelques reprises donner des spectacles dans la région parisienne.»

«Dans ma carrière, j’avais rêvé à certaines choses qui ne sont pas arrivées, comme l’Europe, et d’autres choses auxquelles je n’avais jamais rêvé se sont aussi produites. Je laisse donc la vie m’apporter des surprises», philosophe sagement Marie-Denise Pelletier.

Marie-Denise Pelletier reprendra sa tournée La chanteuse a 30 ans en 2016. Le Huffington Post Québec était à sa prestation aux FrancoFolies, en juin dernier. Relisez notre critique ici. Le coffret Les introuvables est toujours en vente également.