NOUVELLES
22/12/2015 03:07 EST | Actualisé 22/12/2016 00:12 EST

Madrid change les noms de 30 rues rappelant l'ère franquiste

La municipalité de Madrid, dirigée depuis juin par une plateforme de gauche, a approuvé mardi le changement d'appellation de trente rues portant des noms liés à la dictature franquiste (1939-1975), 40 ans après la mort de Francisco Franco.

Cette mesure a été adoptée grâce aux votes de la plateforme citoyenne Ahora Madrid, du Parti socialiste et de la formation libérale Ciudadanos. Le Parti populaire (droite), qui avait auparavant géré la capitale pendant 24 ans a voté contre, a souligné la mairie dans un communiqué.

Le changement de nom sera mis en oeuvre à partir du deuxième trimestre de 2016, en application de la Loi de mémoire historique visant à reconnaître les victimes du franquisme, adoptée en 2007 quand les socialistes gouvernaient le pays, a-t-elle précisé.

Madrid n'aura plus de "place du +Caudillo+", nom qui avait remplacé en 1953 la place du "Généralissime" en hommage à Franco. Elle oubliera aussi les rues "de l'Arc de la victoire", "Arriba España" ou "des (hommes) tombés pour la Division bleue", en référence aux milliers de volontaires espagnols engagés au côté de l'Allemagne nazie sur le front russe, à partir de 1941.

La capitale débaptisera aussi les rues et passages portant des noms de généraux franquistes, tel Emilio Mola qui, après la victoire du Front populaire en 1936, avait été le principal instigateur du coup d'Etat militaire.

D'autres changements de noms de rues devraient être annoncés plus tard.

La nouvelle équipe municipale l'avait prévu dès son arrivée. Mais le jour anniversaire de la mort de Franco, le 20 novembre, le groupe socialiste au conseil municipal l'avait pressée de passer "des paroles aux actes".

Le groupe socialiste a répertorié "plus de 170 rues, places et passages portant des noms de personnages de premier plan du franquisme et de la phalange", parti d'inspiration fasciste fondé en 1933.

Un avocat, Me Eduardo Ranz, a présenté cette année une requête à 60 municipalités à travers l'Espagne, dont Madrid, pour qu'elles appliquent la loi de mémoire historique. En vertu de cette loi, les administrations doivent "prendre les mesures opportunes pour retirer les écussons, insignes, plaques et autres objets ou mentions commémoratifs d'exaltation, personnelle ou collective, du soulèvement militaire, de la guerre civile et de la répression par la dictature".

La mairie a promis aux habitants des rues concernées qu'elle faciliterait toutes leurs démarches administratives.

lbx/mck/at