NOUVELLES
22/12/2015 12:25 EST | Actualisé 22/12/2016 00:12 EST

Le Venezuela extrade un ex-paramilitaire colombien accusé de massacres

Les autorités vénézuéliennes ont extradé mardi vers la Colombie un ancien paramilitaire colombien, chef des ex-milices d'extrême droite et accusé de plusieurs massacres, ont-elles annoncé.

William Carvajal Gomez, allias Daniel, qui fait l'objet de 52 mandats d'arrêt, dirigeait le front sud des milices d'Autodéfense unies de Colombie (AUC, dissoutes).

Il a été interpellé dimanche à Ureña, près de la frontière entre le Venezuela et la Colombie.

Escorté par des agents de police vénézuéliens, au côté d'un autre ex-paramilitaire colombien, ils ont été présentés aux caméras de télévision avant d'être remis à des représentants d'Interpol en charge du transfert vers la Colombie.

"Daniel", pour la capture duquel une récompense de 200 millions de pesos (environ 60.000 dollars) avait été promise, était "le dernier leader en fuite" des milices colombiennes créées pour combattre les guérillas d'extrême gauche, et auxquelles sont reprochés des massacres de civils, des déplacements forcés de population et du trafic de drogue, avait expliqué la police colombienne lundi.

Il s'adonnait "au trafic de drogue, aux homicides et autres activités illégales liées à la drogue" et était porteur de faux papiers, a précisé mardi le ministre de l'Intérieur Vénézuélien Gustavo Gonzalez.

William Carvajal Gomez faisait l'objet de 52 mandats d'arrêt pour "homicides de personne protégée, homicide aggravé, déplacement forcé, disparition forcée, terrorisme, enlèvement contre rançon, torture et recrutement illégal de mineurs", d'après la police colombienne.

Cet ancien paramilitaire était aussi recherché pour "trafic, fabrication et transport de stupéfiants, d'armes des forces de l'ordre, association de malfaiteurs, vol qualifié et acte sexuel violent", a-t-on ajouté de même source.

Le front commandé par William Carvajal opérait dans le département du Putumayo (sud-ouest), zone d'influence des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), première guérilla du pays. Ce groupe armé est considéré comme responsable d'au moins cinq massacres de civils, qui ont fait une centaine de morts.

Le front sud des AUC, qui comptait plus d'un millier d'hommes, s'est démobilisé en 2005 après un accord avec le gouvernement de l'ex-président Alvaro Uribe (2002-2010).

Mais "Daniel" est alors passé au Bloc central Bolivar des AUC, opérant dans le nord-est de la Colombie. Puis il a fui le pays et a vécu ces dernières années au Brésil, au Venezuela et en Equateur, toujours selon la police colombienne.

vo/axm/llu/tup/amd