NOUVELLES
22/12/2015 14:42 EST | Actualisé 22/12/2016 00:12 EST

Le gouvernement libanais expédie les déchets hors du pays

Devant une crise qui dure depuis six mois, le gouvernement libanais a décidé d'expédier les ordures hors du pays.

Cette crise a uni la population libanaise dans toutes ses composantes contre le gouvernement, qui a été incapable de gérer les ordures ménagères durant des mois.

Depuis la fermeture de la décharge de Naameh, le 17 juillet dernier, les ordures s'amoncelaient dans les rues sans que les autorités ne trouvent une solution au problème.

Des milliers de citoyens ont manifesté à plusieurs reprises pour dénoncer l'inaction des autorités avec comme slogan « Vous puez! », adressé aux membres du gouvernement.

Finalement, après plusieurs mois de tergiversations, le gouvernement a annoncé qu'il allait expédier les ordures à l'étranger. Il aura fallu un Conseil des ministres avec un seul point à l'ordre du jour : la crise des ordures.

Le premier ministre, Tammam Salam, a annoncé la décision, mais n'a pas précisé la destination des ordures.

Il a indiqué toutefois que cette solution était provisoire.

« C'était une décision nécessaire, car il n'y a pas d'autre solution aujourd'hui », a déclaré le ministre de l'Agriculture, Akram Chehayeb, responsable du dossier des déchets.

Le ministre a précisé que l'opération allait durer 18 mois et que l'exportation d'une seule tonne de déchets coûtait 125 $.

Avant la décision du gouvernement, les ordures n'étaient plus visibles dans les rues, mais s'accumulaient dans des dépotoirs improvisés ou dans la nature. Parfois, les ordures étaient brûlées sans aucun encadrement. Une situation qui a engendré une grave crise sanitaire.

Une étude menée par des universités et des centres de recherche a révélé une augmentation significative de différentes substances cancérogènes dans l'air.