NOUVELLES
22/12/2015 06:45 EST | Actualisé 22/12/2016 00:12 EST

L'Irak dément tout lien avec l'enlèvement de chasseurs qataris

Le ministre irakien des Affaires étrangères a démenti mardi, lors d'une visite au Koweït, tout lien entre son gouvernement et les ravisseurs de 26 chasseurs qataris enlevés la semaine dernière dans le sud de l'Irak.

Lors d'une conférence de presse, un journaliste a demandé à Ibrahim Jaafari ce qu'il pensait des "allégations selon lesquelles les ravisseurs sont des membre des Hachd al-Chaabi (des forces paramilitaires chiites) qui sont liées au gouvernement".

"Je démens catégoriquement que le gouvernement ait un lien avec cette affaire" d'enlèvement, a dit le ministre irakien, qui s'exprimait aux côtés de son homologue koweïtien cheikh Sabah Khaled Al-Sabah.

Les 26 Qataris, dont des membres de la famille royale, ont été enlevés mercredi dernier dans la province de Mouthanna.

Reconnaissant que le sud du pays faisait face à des problèmes de sécurité, M. Jaafari a insisté sur le fait que le gouvernement s'évertuait à essayer d'obtenir la libération des Qatariotes.

Ses propos interviennent peu après que le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a condamné l'enlèvement, avertissant que cela pourrait "porter atteinte aux relations entre les Etat arabes frères".

Dans un communiqué, le CCG appelle Bagdad à "prendre des mesures immédiates et décisives pour (...) assurer la libération" des Qatariotes".

Les chasseurs étaient entrés en Irak avec une "autorisation officielle" du ministère de l'Intérieur, selon le Qatar.

Selon des médias koweïtiens, au moins sept d'entre eux ont réussi ce week-end à échapper à leurs ravisseurs et sont rentrés dans leur pays via le Koweït. L'information n'a pas été confirmée officiellement par Doha.

Des riches ressortissants des pays du Golfe aiment se rendre dans des pays proches, comme l'Irak, le Pakistan ou l'Afghanistan, pour chasser avec des faucons, une tradition de la péninsule arabique.

Une certaine hostilité existe dans les régions majoritairement chiites du sud de l'Irak envers les pays essentiellement sunnites du Golfe en raison notamment des divisions sur la guerre en Syrie.

oh/lyn/vl/jri