NOUVELLES
22/12/2015 10:00 EST | Actualisé 22/12/2015 10:01 EST

Le parlement grec approuve l'union civile pour les homosexuels

ASSOCIATED PRESS
FILE - In this Saturday, June 14, 2014 file photo, two women kiss in front of a rainbow flag, the symbol of the gay rights movement, during the Gay Pride parade in central Athens. Around the globe, LGBT Pride Month has been marked with parades and marches, festivals and dances, and in some cases, protests and counter-protests. (AP Photo/Petros Giannakouris, File)

Le parlement grec a approuvé dans la nuit de mardi à mercredi un projet de loi donnant le droit à une union civile aux couples de même sexe, malgré une forte opposition de l'influente Église orthodoxe.

Le texte a été approuvé par 193 députés sur les 249 qui étaient présents, et 56 députés ont voté contre.

«C'est un jour important pour les droits de l'Homme», a déclaré devant les députés le premier ministre Alexis Tsipras. Le vote met fin à une pratique «d'arriération et de honte» pour la Grèce, a-t-il dit.

Le parti nationaliste des Grecs indépendants (ANEL), qui fait partie de la coalition gouvernementale dirigée par M. Tsipras, a voté contre le projet de loi.

«La Constitution grecque protège la maternité. Y a-t-il maternité chez les hommes?», a déclaré un député d'ANEL, Vassilis Kokkalis.

La nouvelle loi résout les questions de propriété et d'héritage mais ne contient pas de dispositions relatives à l'adoption d'enfants par les couples de même sexe.

Amnesty International a salué le vote mais a noté que les homosexuels restent sujet à l'hostilité en Grèce.

«Malgré ce premier pas, les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les transgenres et les intersexes (LGBTI) vivent toujours en Grèce dans un climat d'hostilité dont les autorités ne les protègent pas de manière adéquate», a déclaré Gauri van Gulik, directeur adjoint d'Amnesty International pour l'Europe et l'Asie centrale.

Galerie photo Les pays qui ont dit oui Voyez les images