NOUVELLES
22/12/2015 02:01 EST | Actualisé 23/12/2015 06:14 EST

Cinq ans de radiation réclamés à l'encontre de Gilles Surprenant, «Monsieur TPS» (VIDÉO)

Cinq ans de radiation temporaire : telle est la sanction que recommande l'avocate du bureau du syndic de l'Ordre des ingénieurs du Québec à l'endroit de Gilles Surprenant, celui qu'on avait surnommé « Monsieur TPS » lors des audiences de la Commission Charbonneau.

Gilles Surprenant, ex-ingénieur de la Ville de Montréal, comparaissait mardi matin devant le comité de discipline de l'Ordre des ingénieurs du Québec.

De 2000 à 2009, il a reçu des pots-de-vin totalisant plus de 700 000 $ de différents entrepreneurs. En février dernier, il avait reconnu sa culpabilité à sept chefs d'accusation.

Gilles Surprenant avait remis 123 000 $ à la Commission Charbonneau.

De l'avis de l'avocate du bureau du syndic de l'Ordre des ingénieurs, Nathalie Vaillant, M. Surprenant a montré qu'il éprouvait des remords et il a fait preuve de collaboration dans l'enquête.

« Moi, je suis satisfait de la recommandation, j'ai écouté les arguments du syndic de l'Ordre, je dois me plier à leurs recommandations. On verra. De toute façon, c'est le comité de discipline qui va avoir le mot final. »

— Gilles Surprenant, ex-ingénieur de la Ville de Montréal

Le comité de discipline doit rendre sa décision début janvier.

Un système de collusion

Dans le cadre de son témoignage lors de la Commission Charbonneau, M. Surprenant avait reconnu avoir joué un rôle clé dans un système de collusion.

Il avait alors expliqué qu'il gonflait les estimations pour divers projets, au bénéfice d'un cartel de compagnies.

L'ex-ingénieur a expliqué que son rôle constituait à modifier l'évaluation du coût des contrats. Selon les informations fournies par M. Surprenant, l'entrepreneur sélectionné par le cartel l'appelait pour lui donner le prix qu'il souhaitait obtenir environ une semaine avant que les soumissions pour le contrat soient ouvertes.

M. Surprenant rédigeait alors une note explicative pour justifier la hausse du prix que lui demandait l'entrepreneur.

Avec les informations de Catherine Kovacs

Voir aussi:

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST