NOUVELLES
22/12/2015 11:34 EST | Actualisé 22/12/2016 00:12 EST

Affaire Oland: un enquêteur est nommé pour évaluer le travail de la police

FREDERICTON — Un enquêteur va être désigné pour examiner comment les policiers de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, ont investigué le meurtre de Richard Oland.

L'annonce en a été faite mardi sur le site Internet de la Commission de police du Nouveau-Brunswick, qui affirme agir ainsi à la demande de la présidente du Conseil des commissaires de police de Saint-Jean.

La façon dont la force policière a mené son enquête a été un sujet central lors du procès pour meurtre non prémédité qui a débuté en septembre.

Un jury a reconnu Dennis Oland coupable d'avoir tué son père.

Le juge John Walsh a rappelé aux jurés qu'il y avait des preuves à l'effet que la police avait permis à un trop grand nombre de personnes d'entrer dans le bureau de Richard Oland après que son corps eut été retrouvé. Les policiers auraient aussi permis l'utilisation d'une salle de bain au second étage alors que des tests médicaux-légaux auraient pu y être effectués.

Il a aussi été dit dans la salle de Cour que la police ne s'est pas assurée que la porte arrière — une sortie possible pour une personne présente sur la scène du crime — demeure intouchée jusqu'à ce qu'elle soit examinée.

Steve Roberge, le directeur de la Commission, a déclaré lors d'une entrevue téléphonique qu'il a été demandé à ses enquêteurs d'examiner les sujets de préoccupation soulevés par le juge Walsh dans ses directives au jury. L'enquête pourrait même aller au-delà de ce qui s'est fait sur la scène de crime, a-t-il précisé.

Les résultats de cet examen et les recommandations seront transmises au ministère provincial de la Sécurité publique.