POLITIQUE
21/12/2015 01:28 EST | Actualisé 21/12/2015 01:55 EST

Anticosti: Pétrolia demande à Québec de respecter ses engagements

SRC

Pétrolia entend faire respecter les contrats qui la lient au gouvernement du Québec concernant le projet d'exploration des hydrocarbures sur l'île d'Anticosti.

Un texte d'Evelyne Côté

La compagnie réplique aux propos du premier ministre Philippe Couillard qui a évoqué vendredi la possibilité de se retirer des contrats signés avec trois sociétés d'exploration dans ce dossier.

En entrevue à Radio-Canada, Philippe Couillard a souligné les risques de procéder à des forages avec fracturation hydraulique sur Anticosti : « Est-ce que vous connaissez un exemple de fracturation hydraulique sur une île dans un golfe comme le golfe du Saint-Laurent? Moi, je n'en connais pas. Le moment de rencontre et de vérité approche », a-t-il affirmé.

Dans un communiqué, Pétrolia envoie un message clair au gouvernement du Québec : « Elle s'attend à ce que le gouvernement du Québec fasse preuve du même respect à l'égard des contrats conclus et de ses engagements », indique-t-elle.

La pétrolière rappelle que le contrat a été négocié sous un gouvernement libéral, mais qu'il a été signé sous le gouvernement de Pauline Marois.

Le gouvernement est actionnaire du projet d'exploration et d'exploitation gazière et pétrolière sur Anticosti à 35 %, par l'intermédiaire de Ressources Québec. Pétrolia, Corridor Ressources et Saint-Aubin détiennent chacune 21,7 % des parts,

« Ces propos sont également irréconciliables avec les résultats très favorables obtenus à ce jour dans le cadre du programme d'exploration. » — Pétrolia, dans un communiqué

L'été dernier, 16 sondages stratigraphiques ont été réalisés sur Anticosti.

Trois forages avec fracturation hydraulique sont prévus à l'été 2016, mais Pétrolia ne détient pas de certificat d'autorisation pour les réaliser.

Déjà publié sur Le HuffPost:

Galerie photo Exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti Voyez les images