POLITIQUE
18/12/2015 11:47 EST

ENTREVUE avec PKP - Rapport du CEM de l'Université Laval : À Québecor de répondre, dit Pierre Karl Péladeau (VIDÉO)

CP

QUÉBEC – Pierre Karl Péladeau ne se sent pas concerné par le rapport du Centre d’études sur les médias (CEM) sur son double rôle d’actionnaire de contrôle de Québecor et de chef de l’opposition officielle à Québec.

«Ça ne me concerne pas», tranche le chef du Parti québécois en entrevue au Huffington Post Québec vendredi.

«J’ai lu quelques passages et, ce que je retiens, c’est que les recommandations sont faites à Québecor, ajoute-t-il. Et vous comprendrez que je ne commenterai pas pour Québecor, étant donné que je suis retiré des affaires depuis maintenant 18 mois.»

Le chef péquiste se garde également de se prononcer sur la nécessité pour l’entreprise de mettre en place ou non les propositions du CEM.

Jeudi, le CEM de l’Université Laval a publié un rapport qui suggère des pistes de réflexion, mais sans faire de recommandations. Les auteurs proposent notamment la nomination d’un éditeur public comme c’est le cas au New York Times, et la signature d’un contrat entre la haute direction et les responsables de la salle de rédaction pour assurer l’indépendance éditoriale des journalistes du groupe médiatique.

Toutefois, l’ancien PDG de Québecor estime que tous les pare-feu sont déjà en place pour assurer l’indépendance journalistique des salles de rédaction de Québecor. «Je l’ai toujours pensé, ça a toujours été comme ça, dit-il. Il n’y a pas de position éditoriale dans les journaux de Québecor, c’est historique.»

Au contraire, poursuit-il, les médias écrits doivent être «une tribune la plus large possible pour être le véhicule des opinions qui sont les reflets de la démocratie». «C’est ce que j’ai tenté de faire en faisant en sorte de dire que les pages sont ouvertes à ceux et celles qui sont intéressés à commenter l’actualité», affirme Pierre Karl Péladeau.

Que ce soit au cours de la dernière campagne électorale ou durant la course à la chefferie, les salles de rédaction de Québecor n’ont jamais subi d’influence indue en raison de son passage en politique, estime-t-il. «Il n’y en a jamais eu, alors je ne vois pas pourquoi il y en aurait eu», lance-t-il.

Le rapport du CEM souligne également que 62% des Québécois jugent «inacceptable» que monsieur Péladeau demeure actionnaire de contrôle de Québecor tout en étant chef de l’opposition officielle. Ce dernier cite plutôt un sondage publié en mai dernier «qui dit à peu près l’inverse». Le sondage Léger publié par Le Devoir affirmait que 52% de la population québécoise se dit «plutôt indifférente» à l’enjeu. «Un sondage en vaut un autre», lance Pierre Karl Péladeau.

Quant au chef péquiste, le dossier est réglé. «Les pistes de réflexion sont émises à Québecor et ce sera à Québecor de déterminer la suite des choses», estime Pierre Karl Péladeau.

Vidéo: Raphaël Guyard Rey

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Chefferie du PQ: les photos de la soirée Voyez les images