Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Sans Carey Price, le CH ne tient pas à grand-chose

BILLET - Ces dernières années, on a souvent entendu des observateurs prétendre que les succès du Canadien - une équipe dotée d'une brigade défensive solide, mais d'une attaque très ordinaire - reposaient uniquement sur les épaules de Carey Price. Or, cette saison, les blessures et les absences prolongées du gardien du CH nous donnent l'occasion de tester la véracité de cette théorie.

Un texte de Martin Leclerc

À date, les chiffres démontrent que la contribution de Carey Price est tout simplement hallucinante! Entre Price et les autres gardiens numéro de la LNH, il y a un gouffre. Ils sont peut-être quatre ou cinq à jouer dans la même zone d'excellence que lui. Et entre Price et les autres gardiens de l'organisation, il y a un... canyon.

***

Je n'ai pas l'intention de vous bombarder de statistiques sans fin. Mais pour ceux qui désirent comprendre mon raisonnement, je propose de lire cette chronique passée, dans laquelle j'expliquais que la différence entre une participation et une exclusion des séries se joue souvent sur cinq ou six arrêts (sur un total d'environ 1900 tirs au filet) au cours d'une saison de la LNH. Oui, l'écart entre une équipe gagnante et une formation exclue des séries éliminatoires est aussi mince que cela.

Dans d'autres textes, j'ai aussi souvent comparé les gardiens de la LNH à des pilotes de F1. Puisqu'aucune paire de gardiens n'est protégée par la même défense et n'est appuyé par la même attaque, comparer le rendement d'un gardien des Sabres de Buffalo avec celui d'un gardien des Kings de Los Angeles peut s'avérer un exercice aussi boiteux qu'une comparaison entre les rendements d'un pilote de l'écurie Williams et d'un pilote de Ferrari.

En revanche, si l'on dispose d'un échantillonnage valable, comparer le rendement d'un gardien par rapport à celui de son coéquipier en dit long sur sa valeur au sein de son équipe.

***

Cette saison, Carey Price a ramené en banque 83 % des points de classement qu'il a été appelé à défendre. Il a entrepris 12 matchs (donc défendu 24 points) et il a engrangé 20 points. Dans la LNH, seul Kari Lehtonen (Stars de Dallas) a fait mieux que Price en cette matière (22 points sur une possibilité de 26) en engrangeant 85 % des points qu'il a défendus.

En revanche, en jouant derrière la même défense et les mêmes attaquants, Mike Condon (21 points sur 34) et Dustin Tokarski (2 points sur 6) n'ont ramené au bercail que 58 % des points de classements qu'ils ont défendus.

Statistiquement, sur une saison complète de 82 matchs, on parle ici d'un écart de 43 points(!) entre Price et ses coéquipiers. Il s'agit effectivement d'un véritable canyon. C'est la différence entre le premier rang et une lointaine dernière place.

***

Au cours des dernières saisons, l'impact de Carey Price sur son équipe a été tellement fort que le gardien du CH est en quelque sorte parvenu à déprogrammer la presse montréalaise.

Avant que Price ne devienne une supervedette, les débats quant à l'identité du gardien du jour, l'analyse des performances des gardiens et les comparaisons entre les deux titulaires de l'équipe monopolisaient une grande partie des énergies des journalistes affectés à la couverture de l'équipe. De nos jours, la performance du gardien est devenue un sujet d'analyse secondaire. Si l'équipe perd, c'est forcément parce que l'attaque ne fonctionne pas ou parce que quelqu'un a commis une erreur qui a permis à l'adversaire de soutirer une chance de marquer.

Prenez mardi dernier, par exemple. Le CH a disputé une première période parfaite contre les Sharks de San Jose. Au cours du premier vingt, les hommes de Michel Therrien ont possédé la rondelle 85 % du temps (du jamais vu, de mémoire) et ils n'ont accordé qu'une seule chance de marquer. Après 20 minutes, les Sharks menaient tout de même par 1 à 0...

Dans cette rencontre, le CH n'a accordé que sept chances de marquer (ce qui est l'équivalent d'une notre parfaite dans la LNH) et il s'est incliné par la marquer de 3 à 1. N'empêche. Après la rencontre, tout le monde n'en avait que pour les difficultés éprouvées par le duo d'Andrei Markov et de P.K. Subban. Très peu d'attention a été accordée au fait que Dustin Tokarski venait d'accorder trois buts sur 12 tirs.

***

Ceux qui connaissent le hockey savent à quel point le rendement irrégulier d'un gardien est susceptible de désorganiser une formation. Des erreurs normalement sans conséquence prennent peu à peu des proportions démesurées, l'attaque est mise sous pression et le comportement du groupe change.

Le Canadien présente une fiche de 3-6 depuis que Price s'est absenté du jeu le 25 novembre dernier et que l'équipe sait qu'elle devra se passer de lui pour à peu près le quart du calendrier.

Dans cinq de ces neuf parties (56 %), Condon et Tokarski (qui jouent derrière l'une des meilleures défenses au monde) ont présenté des taux d'arrêts inférieurs à ,900. Et dans la LNH, vous avez seulement 7,6% des chances de remporter un match si votre gardien ne maintient pas une moyenne d'efficacité supérieure à ,900.

De façon générale, les gardiens numéro un de la LNH glissent sous la barre des ,900 une soirée sur trois. Leur moyenne d'efficacité passe sous la barre des ,900 dans 33,1% des matchs. Carey Price, lui, ne passe sous la barre des ,900 que dans 27,7% des rencontres. C'est la moitié moins souvent que ce que Condon et Tokarski ont démontré depuis le 25 novembre.

Étalé sur 82 matchs, avec Carey Price devant le filet, ça signifie qu'il y aurait environ 23 matchs où le CH n'aurait que 7,6% des chances de l'emporter. Avec Condon et Tokarski, on parle de 46 matchs où le Tricolore n'aurait que 7,6% des chances de récolter deux points de classement. Encore là, on parle de la différence entre le premier et le dernier rang.

Michel Therrien doit avoir très hâte que l'année 2015 se termine et de voir Carey Price reprendre sa place devant le filet.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.