Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Cédrika : 200 policiers toujours à la recherche d'indices

La Sûreté du Québec (SQ) a tenu un point de presse jeudi à Trois-Rivières où elle s'est dite satisfaite de l'évolution des recherches entourant la découverte des ossements de Cédrika Provencher, mais elle s'est gardée de dévoiler d'autres détails qui pourraient compromettre l'enquête.

Un texte de Marie-Ève Trudel

« La priorité absolue, c'est d'être en mesure d'éventuellement faire une arrestation, pouvoir porter des accusations et on espère obtenir ultimement un verdict de culpabilité », a dit le porte-parole de la SQ, Guy Lapointe. « On est satisfait de l'évolution des recherches » a-t-il dit, ajoutant que « le travail effectué par les policiers sur le terrain n'est pas facile ».

Les autorités n'ont laissé filtrer aucun détail jusqu'à présent à savoir si les démarches sont fructueuses, mais le porte-parole a tenu à rappeler que « chacune des informations est prise au sérieux ». D'ailleurs, la SQ n'écarte pas la possibilité qu'une récompense soit offerte aux personnes qui apporteraient de nouveaux éléments de preuve.

Il n'est pas exclu que les recherches se poursuivent au cours de la fin de semaine, mais si c'est le cas, la SQ avise que les fouilles se poursuivront avec des effectifs réduits.

Une 5e journée de fouilles intensives s'est amorcée jeudi dans le secteur boisé de Trois-Rivières. Quelque 200 policiers sont toujours à la recherche d'objets, tels des vêtements ou des bijoux, ayant appartenu à la fillette.

Mercredi, les médias ont été témoins d'un certain mouvement alors que les policiers ont échangé un sac pouvant contenir des objets d'intérêt avec les enquêteurs.

La famille

Les parents de Cédrika Provencher n'ont toujours pas réagi publiquement, mais les grands-pères de la fillette se sont rendus sur les lieux ces derniers jours.

Mercredi, les frères d'Henri Provencher, le grand-père de Cédrika, ont également tenu à être sur place pour faire leur deuil, troublé de ce qui a bien pu arriver à la fillette. « Je vois l'étendue et la densité de la forêt et il y a toutes sortes de choses qui me viennent à l'esprit », dit Jean-Guy Provencher qui se demande « ce qu'un désaxé comme cet individu-là a pu faire à une jeune fille ».

Parallèlement aux recherches, deux événements se préparent samedi à Trois-Rivières pour honorer la mémoire de la fillette disparue. L'un d'eux aura lieu au parc Chapais, où Cédrika Provencher a été portée disparue. L'autre, au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, où Cap-Jeunesse, le service d'animation pour les jeunes et les familles, organise un rassemblement.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.