Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un adolescent montréalais coupable de terrorisme (VIDÉO)

Pour la première fois, un tribunal juge coupable un Canadien d'avoir tenté de quitter le pays dans le but de commettre un acte terroriste à l'étranger.

La juge Dominique Wilhelmy de la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec de Montréal a reconnu coupable un jeune Montréalais, aujourd'hui âgé de 16 ans, d'avoir commis un vol qualifié au profit d'une organisation terroriste et d'avoir tenté de quitter le Canada pour participer aux activités d'un groupe terroriste à l'étranger.

L'adolescent est demeuré impassible durant les deux heures qu'a duré la lecture du jugement de la juge Wilhelmy. La Couronne a d'ailleurs demandé qu'il subisse une évaluation psychologique afin de lui décerner une peine qui permette sa réhabilitation et sa réinsertion sociale.

Il risque une peine de trois ans de prison.

L'adolescent avait commencé à consulter des sites Internet et des magazines djihadistes en 2012. Il avait ensuite tenté d'envoyer de l'argent - avec la carte de crédit de son père - à une organisation terroriste libanaise. Il avait également tenté d'acheter un billet d'avion pour la Turquie, mais la banque avait bloqué la transaction bancaire.

En 2014, l'adolescent a finalement été arrêté après avoir commis un vol qualifié à la pointe d'un couteau. Il souhaitait ainsi mettre la main sur l'argent nécessaire pour réaliser son objectif de se rendre en Turquie. Il projetait ensuite de gagner la Syrie pour combattre dans les rangs du groupe armé État islamique (EI).

C'est le père de l'adolescent qui a averti les policiers lorsqu'il a découvert l'arme ayant servi à commettre le vol et un butin de quelque 2000 $. Le père de l'adolescent a également remis un papier - avec un numéro de téléphone qui lui était inconnu - découvert dans les poches de son fils. L'enquêteur de la GRC a révélé en cour que le numéro de téléphone s'est avéré être celui de Martin Couture-Rouleau, l'homme qui a tué un militaire à Saint-Jean-sur-Richelieu en octobre 2014.

L'adolescent a plaidé coupable pour le vol qualifié, mais il contestait l'avoir commis au profit d'une organisation terroriste. La juge Wilhelmy a statué que la Couronne n'avait pas à démontrer que l'adolescent tentait de faciliter une action terroriste précise. La juge stipule dans son jugement que l'adolescent a eu l'intention « d'accroître la capacité du groupe terroriste de mener à bien ses actions ».

C'est la première fois qu'une accusation est portée en vertu d'une disposition de la Loi sur la lutte contre le terrorisme, adoptée par Ottawa en 2013, et qui stipule qu'une personne qui quitte ou qui entend quitter le Canada dans le but de commettre un acte terroriste à l'étranger peut être accusée.

La juge a d'ailleurs souligné l'implication des parents de l'adolescent dans son jugement. Elle a précisé qu'ils lui avaient probablement sauvé la vie en le dénonçant aux autorités. Elle a également souligné le rôle des médias sociaux dans la diffusion de la propagande djihadiste et dans la radicalisation des jeunes occidentaux.

L'adolescent reviendra en cour le 5 janvier prochain pour recevoir sa peine pour le vol qualifié, une accusation pour laquelle il avait plaidé coupable.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qu'est-ce que Daech?

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.