NOUVELLES
16/12/2015 01:50 EST | Actualisé 16/12/2015 02:55 EST

Montréal veut mettre de l'ordre dans le stationnement (VIDÉO)

La Ville de Montréal marche de nouveau sur les plates-bandes des arrondissements afin d'assurer plus de cohérence sur l'ensemble de son territoire. Après sa politique du déneigement, la Ville lance sa politique du stationnement pour simplifier et harmoniser la signalisation.

« La signalisation est devenue très complexe », a confié le maire de Montréal, Denis Coderre, mercredi. « En certains endroits, on peut trouver jusqu'à six panneaux de stationnement par poteau. La lisibilité est un problème flagrant. »

M. Coderre estime qu'il existe suffisamment d'espaces de stationnement à Montréal, mais qu'ils sont mal répartis et inégaux sur le territoire. « La multiplication des pratiques d'un arrondissement à l'autre et le manque de cohérence qui en découle nuisent aux possibilités de faire du stationnement un outil de la gestion de la mobilité. »

La politique du stationnement prévoit six stratégies pour remédier à la situation :

  1. Migrer vers le stationnement intelligent
  2. Créer un environnement propice au déploiement d'une mobilité plus durable
  3. Arrimer la gestion du stationnement aux objectifs de mise en valeur du territoire
  4. Mettre en place une nouvelle approche tarifaire
  5. Reviser l'encadrement réglementaire
  6. Revoir la gouvernance et la gestion des activités

Le maire Coderre estime que la multiplication du nombre de politiques de stationnement constitue une source d'irritants pour les automobilistes et les résidents. « Tu ne peux pas avoir quatre sortes de vignettes, déplore M. Coderre. Tu ne peux pas avoir [une signalisation différente] à gauche et à droite. Ça crée des problèmes. C'est vrai dans plusieurs arrondissements. »

Bien qu'il souhaite simplifier et harmoniser la politique du stationnement, le maire de Montréal n'entend pas imposer une politique unique sur l'ensemble du territoire montréalais. « Il y a des places où il n'y en a pas de parcomètres et c'est correct comme ça », poursuit-il.

La politique montréalaise s'attaquera en priorité aux trois chantiers suivants :

Créer un organisme municipal de gestion du stationnement

Simplifier et harmoniser les pratiques municipales

Simplifier la signalisation du stationnement de rue

« Ce n'est pas normal que Stationnement Montréal soit géré par la Chambre de commerce de Montréal », a déploré le maire Coderre. « Elle fait un excellent travail, mais ce n'est pas son rôle d'avoir sous elle un organisme comme Stationnement Montréal. »

« Une politique du stationnement, ce n'est pas une politique du revenu. Ça ne doit pas être une source de revenus. »

— Denis Coderre

En outre, les automobilistes pourront utiliser le temps payé en trop dans une borne de stationnement pour se stationner à un autre endroit dans la ville. « Ça veut dire que le stationnement sur les artères commerciales, ce n'est pas un revenu et ce n'est pas un irritant », explique le maire Coderre.

« On va travailler avec les commerçants pour se donner une fluidité et une stratégie économique pour assurer un achalandage et un roulement de la population plutôt que de se battre entre les commerçants, les résidants et les arrondissements. »

Le maire entend lancer des consultations populaires au début du printemps 2016 en prévision d'une entrée en vigueur du projet à la fin de l'année 2016 ou au début 2017.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Dans les coulisses du transport en commun montréalais Voyez les images