NOUVELLES
12/12/2015 09:36 EST | Actualisé 12/12/2015 09:37 EST

Vignobles, vendeurs de sapins et de voyages en veulent à Dame Nature

Radio-Canada

L'absence de neige et de froid fait le bonheur des uns, mais le malheur des autres. C'est le cas notamment des vignerons de l'Outaouais, qui craignent de perdre leurs récoltes prévues l'an prochain.

À ce temps-ci de l'année, les vignes de Raymond Huneault devraient être recouvertes de neige et dormir jusqu'au printemps prochain. Toutefois, l'absence de neige et les températures chaudes sèment la confusion dans les rangs.

Les bourgeons du printemps ont déjà fait leur entrée.

« On fait un peu d'anxiété avec ça, parce que les bourgeons sont en train de sortir, imaginez-vous, en plein mois de décembre, ce qui n'est pas trop une bonne affaire. »

— Raymond Huneault

« Alors ce qui arrive, c'est qu'on a souvent tout d'un coup un froid soudain et les grandes froidures soudaines vont attaquer ces bourgeons qui ont commencé à sortir », poursuit l'homme.

Résultat, la récolte pourrait être moins bonne l'été prochain. Heureusement pour lui, il est préparé en conséquence.

Mon beau sapin...

Par ailleurs, l'esprit des Fêtes arrive tardivement dans certains foyers. À un peu plus de 10 jours de Noël, plusieurs personnes achètent leur sapin ce week-end.

Les citoyens devront prendre bien soin de leur sapin cette année, puisque la chaleur assèche les épines. C'est sans compter les ventes de souffleuses à neige qui ne sont pas très populaires auprès des consommateurs.

Les centres de ski, eux, dépensent des fortunes en neige artificielle, pour offrir quelques sentiers parsemés de gazon à dévaler.

Moins d'exils vers le Sud

De plus, l'impact de la chaleur se fait aussi sentir dans l'industrie du voyage. Un agent, Dino Roberge, observe un ralentissement important au début décembre, dans les réservations de destinations soleil.

« Les réservations se font, mais se font de façon plus réfléchie. »

— Dino Roberge

« Il y a moins de gens qui rentrent ici pas de sourire parce qu'ils sont tannés du mauvais temps », enchaîne l'agent de voyage.

Le citoyen moyen lui, sans tuque ni mitaines, ne semble pas trop se plaindre de ces températures d'automne qui continuent de s'accrocher. Même si, tôt ou tard, la neige se mettra à tomber!

Selon un reportage de la journaliste Laurie Trudel

Galerie photo Flocons Voyez les images