NOUVELLES
11/12/2015 07:56 EST | Actualisé 11/12/2015 07:57 EST

Le pétrole d'Enbridge sur le fleuve ce week-end

Groupe Desgagnés

Moins d'une semaine après l'arrivée des premières gouttes de pétrole à Montréal par le pipeline inversé d'Enbridge, il y en a suffisamment d'accumulé pour pouvoir remplir un tout premier navire. Le bateau est arrivé hier soir au port de Montréal et naviguera cette fin de semaine vers la raffinerie d'Énergie Valéro, à Lévis.

Un texte de Thomas Gerbet

Une longue série d'aller-retour de L'Espada Desgagnés entre Montréal et Lévis débutera dans les prochaines heures. Avec un autre navire-citerne comme lui, ils feront la navette deux à trois fois par semaine pour alimenter la raffinerie d'Énergie Valéro.

Le bateau, de type Panamax mesure 229 mètres de long et 32 mètres de large. Il est muni d'une double coque et peut transporter jusqu'à 80 millions de litres de pétrole brut. Toutefois, il ne pourra pas être qu'aux deux tiers, car sinon il toucherait le fond du fleuve.

Visite du navire:

Galerie photo L'Espada Desgagnés Voyez les images

Après plusieurs mois de débats, et de multiples reports, Enbridge a commencé à faire couler le pétrole vers Montréal la semaine dernière. De 240 000 à 300 000 barils doivent être acheminés chaque jour à Montréal. Des opposants avaient manifesté il y a quelques jours.

Après l'utilisation d'installations de Sorel-Tracy pour charger des navires de pétrole de l'Ouest, c'est une deuxième fenêtre qui s'ouvre sur le Saint-Laurent pour vendre le pétrole canadien.

La ligne 9B, qui alimente aussi la raffinerie de Suncor à Montréal-Est, achemine des pétroles bruts légers l'Ouest canadien [Alberta et Manitoba] de même qu'un peu de Bakken. Ces pétroles se vendent 3 $ moins cher le baril que le Brent (36 $ US contre 39 $ US pour le Brent). Par ailleurs, les coûts pour l'acheminer par pipeline sont moindres que par bateau d'outre-mer.

« Dans notre cas, avec l'arrivée des bruts par pipeline, les coûts de transport sont réduits par rapport au transport international par navire donc oui, il continue d'être très intéressant d'utiliser les pétroles américains et canadiens. »

— Julie Cusson, porte-parole d'Énergie Valero

La compagnie continuera de s'approvisionner sur les marchés internationaux lorsque ce sera intéressant pour elle. Ce qui est prévu pour le moment, c'est une moitié d'approvisionnement par la ligne 9B et l'autre moitié par l'importation depuis l'outre-mer ou les États-Unis.

Voir aussi: