NOUVELLES
11/12/2015 07:27 EST | Actualisé 11/12/2015 07:27 EST

Un hiver chaud, est-ce normal? (VIDÉO)

C'est en partie à El Niño que Montréal, Toronto, Ottawa et Sherbrooke doivent le record de chaleur qui a été battu vendredi au mercure. Dans ces villes, la température oscillait entre 13 et 14 degrés Celsius.

Il est normal d'avoir des températures douces en période El Niño, rappelle le météorologue de Radio-Canada, Pascal Yiacouvakis. Or, le phénomène naturel - plus accentué encore qu'à l'habitude - se démarque cette année. Dans l'ouest du pays, dans les Prairies par exemple, il devrait y avoir aussi du temps plus doux, ce qui n'est pas le cas à l'heure actuelle.

« On n'observe pas le patron typique d'El Niño dans les vents de haute atmosphère », souligne le météorologue, évoquant un vaste creux dans le courant-jet sur la côte du Pacifique. « Par conséquent, dans l'est du pays, on a une crête qui se balade et les perturbations qui filent au nord. Et quand les perturbations filent au nord, l'air doux qu'on a sur les États-Unis se propage jusqu'au Québec et en Ontario, et en partie dans les Maritimes, d'où les températures plus élevées », explique-t-il.

Même si les deux derniers hivers ont été froids au Québec, le météorologue rappelle que les précédents hivers ont été tardifs. Une tendance qui va d'ailleurs devenir de plus en plus lourde, notamment en raison des changements climatiques, souligne-t-il.

Le présent hiver s'inscrit dans cette tendance, à la différence près qu'El Niño joue « un rôle complémentaire ».

Sous le soleil

À Montréal, la journée de vendredi a permis de battre de près de 5 degrés Celsius le record datant de 1952, qui s'élevait à 9,4. Un vif contraste avec l'an dernier où, à pareille date, la métropole se relevait d'une grosse tempête de neige.

Galerie photo Des sites naturels et culturels célèbres menacés par le réchauffement climatique Voyez les images