NOUVELLES
10/12/2015 10:37 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Une journée à la COP: applaudissements, marionnettes et petites recettes

Choses vues et entendues jeudi à la COP21, au Bourget (nord de Paris), censée aboutir vendredi à un accord pour limiter le réchauffement de la planète:

Applaudissements

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a appelé à applaudir "tous les ministres et négociateurs" pour les encourager dans leurs difficiles discussions, lors d'une cérémonie de remise de prix récompensant des initiatives environnementales.

M. Ban espère qu'ils seront en mesure d'adopter un accord "universel ambitieux" contre le réchauffement climatique d'ici à vendredi soir, date prévue de clôture de la COP.

Il a fait ces déclarations alors qu'un nouveau projet d'accord devant être présenté aux représentants de 195 pays tarde à sortir et que négociateurs et observateurs se préparent à une nuit blanche.

Avions et frustration

"Il y a à la fois de l'optimisme et de la frustration", résume le porte-parole de la délégation philippine alors que les désaccords persistent à la COP. "Vous savez que l'accord est à portée de main et, pour utiliser une métaphore que beaucoup ont utilisée, tous les +avions+ toujours en l'air peuvent atterrir sans encombre au Bourget, mais il pourrait encore y avoir des incidents et même un crash ici et là, si nous ne sommes pas prudents".

Petites recettes

Pour tenir le coup quand les négociations s'éternisent, avec à la clé une ou plusieurs nuits blanches, chaque participant à la COP a sa recette. "Moi je carbure aux mandarines, aux raisins secs et noix de cajou", confie Romain Benicchio, porte-parole d'Oxfam France. Sandra, journaliste radio à Madagascar, use et abuse du café: "Le café d'ici est très fort et ça (fait) tenir debout", dit-elle. Ceux qui craquent pourront toujours essayer de squatter un canapé dans l'espace repos, toujours très fréquenté.

Marche à l'estomac

L'Américain Daniel Reifsnyder, qui avait présidé la première semaine de débats, se réjouit de la qualité de la nourriture. Le président de la COP Laurent Fabius avait "promis que nous aurions de la bonne nourriture et il a tenu parole", se félicite-t-il. "Quelques-uns des problèmes que nous avons eus dans le passé, comme à Copenhague, étaient des problèmes de logistique et de nourriture. Ici, c'est magnifique, incroyable", ajoute-t-il. "Je lui ait dit: +Napoléon disait qu'une armée marche à l'estomac, c'est la même chose pour les armées de négociateurs, alors merci !+".

L'autre co-président, l'Algérien Ahmed Djoghlaf, a lui aussi salué "la diplomatie de la gastronomie", selon lui "l'une des innovations" de la COP21.

Des marionnettes, un ours et des amplis

A la veille d'un potentiel accord, les associations ont rivalisé d'imagination pour appeler les politiques à se montrer à la hauteur des enjeux.

"Réveillez-vous", ont lancé des militants d'Oxfam à des marionnettes endormies représentant Obama, Hollande, Modi ou encore Merkel, un masque sur les yeux ou se frottant les paupières.

Un ours polaire mécanique géant, apporté sur le site par Greenpeace, grognait pour en appeler à un "accord ambitieux".

Des accents du monde entier sortaient d'un mur d'enceintes, installées par l'ONG Avaaz, pour faire entendre la voix des signataires d'une pétition pour 100% d'énergies renouvelables.

burs-chp-sd/fmi/sg