NOUVELLES
10/12/2015 06:23 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Raif Badawi entreprend une grève de la faim selon sa conjointe

Ensaf Haidar, la conjointe de Raif Badawi, soutient que le blogueur a entrepris une grève de la faim mardi. Sur son compte Facebook, elle affirme que son mari a également été transféré de prison jeudi. 

Cette prison est située à près de 90 km de Jeddah City et est appelée Prison Shabbat Central. Selon Mme Haidar, on y accueille des prisonniers dont le verdict est final, et ce, même si « le gouvernement saoudien a déclaré à plusieurs reprises que le cas de Raif est à l'étude et n'a pas encore été tranché par la Cour suprême. »

Ensaf Haidar se dit surprise de cette décision qui survient quelque temps après qu'elle ait appris que le secrétaire suisse des Affaires étrangères lui ait affirmé qu'une procédure de grâce était en cours.

Sa conjointe a maintenant très peur que la flagellation reprenne dans cette nouvelle prison. La grève de la faim du blogueur est une façon pour lui de protester contre ce transfert. Il tient l'administration responsable de tout préjudice qu'il pourrait subir.

Le couple profite de l'occasion pour interpeller à nouveau le roi afin qu'il accorde son pardon afin que Raif Badawi puisse être libéré.  

Raif Badawi purge une peine de dix ans de prison et il est condamné à recevoir 1000 coups de fouet pour des propos publiés sur son blogue, jugés blasphématoires par les autorités de l'Arabie saoudite. Le 19 juin dernier, il entamait sa troisième année d'emprisonnement. Il a subi le 9 janvier 2015 sa première et seule séance de flagellation avant que sa sentence soit suspendue.

Un prix pour Ensaf Haidar

Sa conjointe, Ensaf Haidar, vit à Sherbrooke, au Québec, avec leurs trois enfants. Elle recevra, jeudi soir, un prix pour sa contribution à l'avancement des droits et libertés à l'occasion du 40e anniversaire de la Charte des droits et libertés du Québec. Pour l'occasion, une vigile spéciale aura lieu à Sherbrooke au même moment. Il s'agira du 50e rassemblement hebdomadaire en soutien au blogueur. 

Raif Badawi a été cette année du prestigieux prix Sakharov pour la liberté de penser, décerné par le Parlement de l'Union européenne.